Kaakook

Film - L’enfer du dimanche

Affiche de L’enfer du dimanche
Titre
L’enfer du dimanche

Réalisé par
Oliver Stone

Année
1999

Nb de citations
4

Liens
Proposer une citation pour ce film

Je ne sais pas quoi vous dire en fait. Trois minutes avant le plus grand combat de nos carrières. Tout se joue aujourd’hui. Soit nous guérissons en tant qu’équipe, soit nous nous écroulons, centimètre après centimètre, jeu après jeu, jusqu’à la fin... Nous sommes en enfer messieurs. Croyez-moi. Nous pouvons y rester, nous faire massacrer... Ou nous pouvons nous battre et revenir dans la lumière. Nous pouvons remonter de l’enfer centimètre par centimètre. Je ne peux pas le faire à votre place. Je suis trop vieux. Je regarde autour de moi, je vois ces jeunes visages et je me dis que j’ai fait tous les mauvais choix qu’un homme d’âge mûr peut faire. Croyez-le ou non, j’ai claqué tout mon fric. J’ai fait fuir tous ceux qui m’ont aimé. Ces jours-ci, je ne peux plus me regarder dans la glace... Quand on vieillit, certaines choses vous sont enlevées. Ça fait partie de la vie. Mais on n’apprend ça que quand on commence à perdre des choses. On apprend que la vie se joue centimètre par centimètre. Le football aussi. Dans les deux jeux, la vie ou le football, la marge d’erreur est très mince. Un demi-pas trop tard ou trop tôt, et on n’y arrive pas tout à fait. Une demi-seconde avant ou après, et on n’attrape pas tout à fait. Ces centimètres que nous voulons sont partout autour de nous. Dans chaque phase de jeu, à chaque minute, à chaque seconde. Dans cette équipe, on lutte pour chaque centimètre. Dans cette équipe, on se déchire et on déchire tout le monde autour pour chaque centimètre. On griffe de nos ongles pour chaque centimètre. Parce qu’on sait qu’à la fin, le total de tous ces centimètres fera la putain de différence entre gagner et perdre ! Entre vivre et mourir ! Je vais vous dire : dans tout combat, c’est celui qui est prêt à mourir qui gagnera ce dernier centimètre. Et si j’ai encore un peu de vie, c’est que je veux encore lutter et mourir pour ce centimètre. Parce que vivre, c’est ça ! Ces quinze centimètres devant vous ! Je ne peux pas vous y forcer ! Regardez ce type à côté de vous ! Regardez-le dans les yeux ! Vous verrez un type qui foncera avec vous. Vous verrez un type qui se sacrifiera pour l’équipe parce qu’il sait que le moment venu, vous en ferez autant pour lui... C’est ça une équipe messieurs. Soit nous guérissons, maintenant, en équipe... Soit nous mourrons, en individus. C’est ça le football, les gars. Rien de plus. Eh bien, qu’allez-vous faire ?

L’enfer du dimanche, Tony d’Amato.
7.92 (14 votes)

Un de ces dimanches tu vas gagner ou perdre, peu importe. La vraie question est... Sauras-tu gagner ou perdre comme un homme ?

L’enfer du dimanche, Tony d’Amato.
7 (20 votes)

La vie me fait pas de cadeaux, alors j’vois pas pourquoi j’en ferais...

L’enfer du dimanche, Willie Beamen.
6.84 (9 votes)

Pigé, je suis un enculé avec des principes.

L’enfer du dimanche, Willie Beamen.
5.83 (2 votes)