Kaakook
connexion inscription

Film - Wall street

Affiche de Wall street
Titre
Wall street
Réalisé par
Oliver Stone
Année de sortie
1987
Nombre de citations
7
Publication

Dernière mise à jour

Synopsis
Un jeune courtier voudrait passer la vitesse supérieure et jouer parmi les grands de la finance. Un investisseur renommé va alors le prendre sous son aile pour lui apprendre les ficelles du métier. Malheureusement ses méthodes pour gagner ne sont pas plus légales qu'éthiques.
Liens
Répliques en anglais sur l’IMDB
Proposer une citation pour ce film

Répliques du film (7)

Si tu veux un ami, achète un chien.

7.84 (27 votes)

La cupidité est bonne.

5.83 (2 votes)

Tu sais ce qu’est la folie... faire la même chose encore et encore et espérant un résultat différent.

5 (2 votes)

- Il s’agit de pognon petit, le reste c’est du bavardage… Et puis d’ailleurs c’est toi l’président non ? Quand ça sautera t’auras un superbe parachute doré tu rafleras l’paquet, et avec tout c’fric ton père n’aura plus besoin d’aller travailler jusqu’à la fin d’ses jours !
- Dis moi Gordon, jusqu’où ça ira hein ? Combien de yachts il te faut pour aller t’balader, combien d’argent il te faut ?
- Combien c’est pas la question Bud, c’est comme à la balançoire, un jour tu montes, un jour tu descends… L’argent en soi n’est pas gagné ou perdu, il est simplement « transféré » d’une poche à une autre poche voilà tout. C’est comme un tour de magie. Cette peinture là, elle m’a coûté 60 000 dollars il y a 10 ans de ça, aujourd’hui j’en tirerai plus de 600 000. L’illusion c’est transformée en réalité, et à mesure qu’elle devient plus réelle, ton désir de la posséder grandit… Le capitalisme triomphant !!
- Assez pour toi c’est combien ?
- En Amérique un pourcent des gens détiennent 50 pourcent des richesses, 5000 milliards de dollars, pour un tiers c’est obtenu par le travail, les deux autres tiers proviennent d’héritages, de l’intérêt des intérêts qu’on verse aux veuves et à leurs gosses. Et mon job, l’achat, la vente, la spéculation, c’est une foutaise !! Y’a 90 pourcent de l’Amérique profonde qui ne possède rien ou quasiment rien, et moi je ne crée rien, je possède !

5 (0 vote)

Ce coup t’es plus Bud ! Ou bien t’es à l’intérieur, ou alors tu n’es rien du tout ! Faut pas t’gourer je parle pas de gens qui gagnent 400 000 dollars l’année à Wall Street et qui sont pas trop mal logés, qui voyagent en première classe. Je te parle de liquide, être bourré d’fric, assez pour avoir ton jet ! Oui assez pour que tu profite de ta vie ! 50 ou 100 millions de dollars Buddy, un pro… ou un zéro !

5 (0 vote)

- Très chouette ce club Monsieur Gekko !
- Ouais… pas mal quand on sort d’une fac au rabais… j’ai payé cher pour être inscrit et maintenant tous ces crevards des fac de luxe me lèchent les genoux…

4.55 (1 vote)

Les petits porteurs c’est comme s’ils jouaient aux fléchettes au bistrot… Je joue pas aux fléchettes au bistrot, je pari quand je suis certain, lis « Sun-Tzu l’art de la guerre », pour remporter la bataille on n’a pas besoin de tirer l’canon, souviens-t’en ! T’es pas aussi malin qu’je l’pensais p’tit gars. Tu sais pourquoi les gérants de porte-feuilles se font tous balader par l’indice des valeurs ? C’est parce qu’ils sont des moutons, et les moutons se font tondre. Je suis dans la parti d’puis 68, et ces cons de Harvard Business c’est de la merde de teckel. Il m’faut des gars qui sont fauchés, futés, affamés, pas des romantiques !! Tu perds un peu, tu gagnes un peu, mais tu t’bas comme un dingue, et si tu veux un ami achètes un chien !

4.55 (1 vote)

Personnages du film