Kaakook
connexion inscription

Dernières

Je crois que nos mains viennent de faire un bébé.

5 (0 vote)

Quand on est jeune on croit que c’est la fin du monde, mais en fait c’est là que tout commence.

5 (0 vote)

Scarlet. Avant que ne soit prononcé le divorce, j’aimerais que tu te souviennes du sept septembre 1988. La première fois que je t’ai vue, tu étais en train de lire « Moins que zéro ». Tu portais un tee-shirt Guns N’ Roses. Je n’avais jamais rien vu d’aussi parfait. Je m’étais dit que je devais t’avoir ou alors je mourrais. Et puis, tu m’as dit que tu m’aimais, au bal de promo du lycée. Et je me suis senti en paix et surtout en sécurité. Parce que je savais qu’à partir de cette soirée rien de mauvais ne pouvait m’arriver. Parce qu’on était deux. Ensuite, j’ai… je suis devenu adulte et j’ai perdu le bon chemin. Et t’ai rendue responsable de mes échecs. Aujourd’hui, tu penses que la solution c’est divorcer, ce n’est pas ce que je veux. Ah. Mais je crois que si je t’aime je dois te laisser poursuivre ta route.

5 (0 vote)

Le soleil se lève sur un nouvel horizon. Peu de gens savent aujourd’hui, que nous avons une dette envers eux, envers ceux qui marchent parmi nous, anonyme, des gens presque ordinaires, que le destin a réuni pour réparer l’irréparable, panser nos plaies, nous sauver de nous même.
Ils sont toujours là, parmi nous, dans l’ombre ou la lumière, nous les croisons dans la rue sans les regarder, sans les suspecter, sans savoir, le savent-ils eux même ? Savent-ils, qu’ils sont liés par un objectif commun ? Tous unis par cette criante vérité, d’être des gens extraordinaire.
Une fois que le destin les a choisi, comment peuvent-ils lui échapper ? Combien de temps vont-ils vivre, tapi dans l’ombre ? Avant que le destin ou leur humanité imparfaite, les révèlent au grand jour, une fois encore. Comment sauront-ils ce que le sort leur réserve pour réagir à temps ?

5 (0 vote)

Cette force, qui anime l’évolution, ne fait pas dans la compassion, tout comme la Terre. L’évolution ne connaît que la dure réalité du combat de la vie contre la mort. Nous pouvons qu’espérer croire qu’après avoir fidèlement répondu à ces besoins, il puisse encore rester une lueur, de notre vie passée.

5 (0 vote)

Quand un changement survient, certaines espèces sentent le besoin de migrer. L’attraction de l’âme vers un endroit lointain. En suivant une odeur dans le vent, ou, une étoile dans le ciel, l’appel ancestral se fait entendre, incitant les individus à prendre leur envol et à se rassembler. Alors, seulement, ils peuvent espérer survivre à la dure saison qui approche.

5 (0 vote)

L’évolution est un processus imparfait et souvent violent. Une bataille qui se livre entre ce qui existe déjà et ce qui est à naître. Une succession de naissances douloureuses au cours desquelles la morale se perd. Si bien que la question du bien et du mal, se réduit à un simple choix, survivre ou périr…

5 (0 vote)

Face à nos propres cauchemars les choix sont restreints : se battre ou s’enfuir. On espère trouver la force de lutter contre nos peurs. Mais parfois on fuit malgré soi. Et si le cauchemar nous poursuit, alors où peut-on se cacher ?

5 (0 vote)

Rien que pour toi, ça vaut la peine d’être en vie.

5 (0 vote)

Il y a des puissances anonymes qui veulent nous empêcher de prendre conscience de nos véritables capacités. Elles ne veulent pas que nous sachions que les talents extraordinaires que nous pensons avoir sont réels. Je suis convaincu que si tout-le-monde voit ce que certains individus peuvent devenir quand ils assument pleinement leurs dons, d’autres s’éveilleront. Croire en soi, c’est contagieux. Nous nous accordons les uns aux autres la permission d’être des super-héros. C’est la condition indispensable à notre éveil. Quelque-soit ces gens, ceux qui ne veulent pas que nous connaissions la vérité, aujourd’hui, ils ont perdu.

5 (0 vote)

Malgré sa fougue et sa compétence, l’homme ne peut malheureusement pas choisir ses épreuves. Sa seul liberté, c’est de choisir la manière dont il affrontera le destin, le jour venu. En espérant qu’il ait le courage, de lui faire face…

5 (0 vote)

Say another word about killing my brother and I will cut your throat.

5.83 (2 votes)

Parle encore de tuer mon frère et je t’égorge.

5 (0 vote)

Tu es ma Reine, maintenant, et pour toujours.

5 (0 vote)

You’re my Queen, now, and always.

5 (0 vote)

- L’amour est la mort du devoir.
- Ça vous est venu comme ça ?
- Mestre Amemon me l’a dit il y a longtemps.
- Parfois le devoir est la mort de l’amour.

4.17 (2 votes)

Nous nous acharnons à trouver un sens, un but à notre vie et au bout du compte nous le trouvons que dans le lien que nous tissons avec les autres, dans notre expérience commune, du banal comme du fantastique. Le besoin premier de l’homme de se trouver un frère, de partager et de savoir au plus profond de nous même… que nous ne sommes pas seul.

5 (0 vote)

I don’t feel like a hero.

5 (0 vote)

- Logan, même si j’ai la faiblesse de tolérer vos cigares dans la résidence, vous allez m’éteindre ça tout-de-suite sous peine de passer le restant de vos jours persuadé que vous êtes une fillette de six ans.
- Carrément ?
- Je demanderai à Jean de vous faire des nattes.

5 (0 vote)

La terre est vaste, assez vaste pour que l’on soit convaincu que l’on peut se cacher de tout, de son destin, de dieu, lorsque l’on a trouvé cet endroit lointain, alors on fuit. On fuit jusqu’au plus loin de la terre, pour retrouver la sécurité, la tranquillité, la chaleur, le réconfort de l’air de la mer, le danger laissé derrière soi, le luxe d’avoir du chagrin, et pendant un temps, peut-être, on croit s’être échappé.

5 (0 vote)

Il y a plusieurs façons de définir son existence fragile,plusieurs façons de lui donner un sens. Mais c’est nos souvenirs qui élaborent un but et lui donnent un contexte. La collection privée d’images ; peurs ; amours ; regrets… C’est la cruelle ironie de la vie que d’être destiné à combiner la pénombre avec la lumière, le bon avec le mal, le succès avec la déception. C’est ce qui nous sépare, qui fait de nous des êtres humains, et à la fin, nous devons nous battre pour la conserver.

5 (0 vote)

- C’est quoi, ce truc-là ?
- Kurt Wagner. Mais à Munich, au cirque, j’étais Diablo l’Incroyable.
- Laisse tomber.

5 (0 vote)

- Alors, il paraît que vous êtes un salaud ? Il est grave ringard, votre casque. Il sert à quoi ?
- Cette ringardise particulière constitue ma seule protection face aux salauds véritables.

5 (0 vote)

Je pilotais déjà des barbouzes dans la jungle au Vietnam que tu bavais encore sur les mamelons de ta mère à Woodstock.

5 (0 vote)

- Mon cher petit, je défends les droits des mutants depuis que tes griffes étaient encore des ongles.
- Il a vraiment dit « mon petit » ?

5 (0 vote)

Le corps se réjouit quand le cœur a une mission.

5 (0 vote)

Yata !!

5 (0 vote)

Save the cheerleader, save the world.

5 (0 vote)

- Tornade, grille-le !
- Bien-sûr, la foudre s’abattant sur un immense conducteur cuivré. Et ça vie dans une école ?

5 (0 vote)

- Hé ! C’est moi.
- Prouve-le !
- T’es un gros nœud.
- D’accord.

5 (0 vote)

- Tu vas me dire de pas toucher à ta meuf ?
- Si j’avais à le dire, ce serait pas ma meuf.
- Ben dans ce cas-là, t’as aucun souci à te faire, Cyclope.
- Tu supportes pas qu’un gamin comme moi ait pu te sauver la vie ? Tu devrais faire gaffe, je serai pas toujours là. Une dernière chose, touche pas à ma meuf.

5 (0 vote)

Ton fric, tu l’as perdu. Si tu continues, tu perds autre-chose.

5 (0 vote)

Ici, Claire Bennet et c’était ma tentative… J’ai arrêté de compter.

5 (0 vote)

- C’est à mon tour de devenir quelqu’un Nathan !
- Ça suffit maintenant, arrête tes conneries !

5 (0 vote)

- Un combat fratricide… ça frôle la dimension biblique.
- Mon frère ne sait pas traverser les murs !

5 (0 vote)

- My god we’re the parents of a teenage girl.
- Be thankfull you missed puberty.

5 (0 vote)

- What are you doing here? There’s a dance.
- Euh… I’m… looking… at porn.

5.45 (1 vote)

J’ai raconté à tous les p’tits comment on faisait l’amour. Bah ils sont pas prêts d’essayer.

5 (0 vote)

Qui je suis ? Donc quoi, je peux traverser une scieuse à bois et survivre pour pouvoir le raconter. Cela limite mes choix entre devenir un monstre de foire ou être un cobaye. Dans la plupart des cas être les deux. Qu’y a-t-il de mal à vouloir être normal ?

5 (0 vote)

Non je ne rentrerai pas. Et tu as le droit de t’en vouloir parce que c’est ta faute. T’aurais jamais dû venir à Odessa pour moi. T’aurais jamais dû devenir mon ami, devenir mon héros…

5 (0 vote)

Sauve la cheerleader, sauve le monde !

5 (0 vote)

Le monde n’est pas petit c’est nous qui le sommes…

5 (0 vote)

Tu es le sang de mon sang, la chair de ma chair. Je te donne mon corps, pour que nous ne fassions plus qu’un. Je te donne mon âme, jusqu’à la fin des jours.

5 (0 vote)

Nous sommes tous liés les uns aux autres, reliés par un fil invisible, d’une longueur infinie et pourtant si fragile. Et bien qu’étant unis, nous sommes avant tout des individus, des réceptacles, qui ne demandent qu’à s’emplir de nourriture diverse, de pensées, de croyances, de souvenirs décousus, d’expériences multiples. Sans toutes ces nourritures existerai-je ? Existeriez-vous ? Et si ce fil invisible, qui nous unis, venait à rompre. Que se passerait-il, qu’adviendrait-il, de ces milliards d’âmes soudain en déshérence ? N’est ce pas là, la grande quête de nos vies… se trouver, se lier, s’accrocher. Quand nos cœurs seront purs, nos pensées ordonnées, nous ne formeront qu’un. Et nous serons capable de réparer notre monde si fragile et de créer un univers où les perspectives seront infinies…

5 (0 vote)

C’est quand on quitte un endroit, qu’on se rend compte à quel point on y était attaché.

5 (0 vote)

- Comment compter vous me battre ?
- Comme le dit l’ancêtre [Il désigne Captain America] : « ensemble ».

5 (0 vote)

Ce sont tes actes qui déterminent ce que tu es.

5 (0 vote)

My name is Sylar!!

5 (0 vote)

I think a can fly!

5 (0 vote)

Hurlu, Berlu, j’ai faim.

5 (0 vote)