Kaakook

Série - Les Tudors

Affiche de Les Tudors
Titre
Les Tudors
Écrit par
Michael Hirst
Année
2007
Nb de citations
7
Liens
Proposer une citation pour ce film

Répliques de la série (7)

- Vous pensez que quelque chose d’horrible va arriver au roi, alors vous pensez m’avoir.
- Madame, si j’avais une telle pensée, je souhaiterais que ma tête soit coupée.
- Oh mais cela peut s’arranger.

5.83 (2 votes)

Ces jours sanglants brisèrent mon cœur m’enlevant jeunesse et ardeur. Votre esprit raffiné, forçait l’admiration et très profondément, nous vous regretterons. C’est un grand malheur pour nous votre disparition. Votre vie fut un temps couverte d’honneurs royaux, aujourd’hui votre chute afflige vos amis. Une branche pourries sur un arbre si haut, craqua sous votre poids et vous voila parti. Ces jours sanglants brisèrent mon cœur, m’enlevant jeunesse et ardeur, car le désir aveugle des âmes ambitieuse qui vivement s’élèvent comme une chute affreuse. Autour de la couronne, le tonnerre résonne.

Les Tudors.
5.83 (2 votes)

- Ces derniers jours, j’ai beaucoup réfléchi à l’idée de perte. Quelle perte, votre Grâce, est irrémédiable pour un homme ?
- Sa vertu.
- Non. Ses actions peuvent racheter sa vertu.
- Son Honneur.
- Non. Il y a toujours moyen de le retrouver, de la même façon qu’on peut regagner sa fortune.
- Je ne sais pas, Majesté...
- Le temps, votre Grâce, aucune perte n’est plus irrémédiable que le temps, car on ne peut le racheter.

5.83 (2 votes)

- Je vous aimais.
- Vous ignorez le sens du mot « aimer ». Vous aimez. Cela dure un an, un mois, ou un jour... Peut être même une heure. Durant cette heure, je puis croire que vous aimez aussi bien et aussi fort qu’un autre. Mais une fois cette heure achevée, vous n’aimez plus... Vous en aimez une autre, puis un autre. Votre amour, est le plus intense là où il fait le plus mal...

5 (6 votes)

- Vous moquez-vous de moi parce que cela vous amuse ?
- Oui. Pour qu’elle autre raison le ferais-je ?
- Parce que vous m’aimez.

5 (2 votes)

Avez vous vu votre fils mourir ? Qu’en sera t-il de votre fille ? La regardez vous souffrir ? La regarderez vous mourir elle aussi ? Dites-moi Boleyn, cela en valait-il la peine ?

5 (2 votes)

Quand nous comparons notre présente vie sur terre, à cette époque dont nous ne savons rien, elle m’évoque le vol rapide d’un moineau à travers la salle des banquets un jour d’hiver. Après un instant de grâce, il s’évanouit dans le monde glacé d’où il est venu. Ainsi l’homme apparaît sur Terre, un court moment, mais ce qui était pendant cette vie ou ce qui sera après, nous l’ignorons.

Les Tudors.
5 (2 votes)

Personnages du film