Kaakook
connexion inscription

Acteur / Actrice - Geofrey Rush

Geofrey Rush joue dans :


Répliques de Geofrey Rush (9)

- Alors Jack Sparrow. Sommes-nous donc deux immortels condamnés à un combat épique jusqu’aux trompettes de jugement dernier ?
- Tu peux aussi te rendre.

9.34 (569 votes)

- Merci du fond du coeur Jack !
- Oh, mais de rien !
- Pas toi, c’est le singe qu’on a appelé Jack !

9.24 (278 votes)

- Qui es-tu donc ?
- Personne ! C’est personne ! Un lointain cousin germain, un neveu d’une tante au deuxième degré… Comme chanteur, il est divin ! Un eunuque !

9.12 (319 votes)

Commencez à croire aux histoires de fantômes, Mademoiselle Turner… vous en vivez une !

8.98 (244 votes)

- À vos chaloupes camarades ! J’te demande pardon, c’est toi qui commande…
- Messieurs, allez-y à pied !
- Pas en chaloupe ?

8.86 (192 votes)

Comment oses-tu offenser ainsi mon honneur, petit ? J’ai accepté de la libérer mais toi tu as oublié de spécifier comment où et quand ! Pourtant quel dommage de perdre pareille merveille. Pas vrai les enfants ? Alors je vais récupérer cette robe avant que vous nous quittiez.

6.15 (3 votes)

- Vos revendications ?
- Libérez Élisabeth !
- Ça je crois qu’on a compris, y’a t-il autre chose ?
- L’équipage ! Faut pas lui faire de mal !
- C’est d’accoord !

5.45 (1 vote)

- Capitaine Barbossa, je suis venue négocier la cessation des hostilités contre Port Royal.
- Oh, il y avait là des tas de mots très savants, nous ne sommes que d’humbles pirates. Que voulez vous réellement ?
- Que vous partiez et ne reveniez jamais.
- Il ne me sied guère d’accéder à votre requête, ça veut dire : non.

5.45 (1 vote)

Regardez, l’éclat de la lune nous révèle tel que nous sommes. Nous ne faisons pas partie des vivant, nous pouvons donc mourir mais nous ne sommes pas mort pour autant. Depuis trop longtemps mon corps brûle d’une soif que je ne puis étancher, depuis trop longtemps je meurs de faim sans pouvoir mourir. Je ne peux rien ressentir, ni le vent sur mon visage, ni les embruns de l’océan, ni la chaleur de la chaire d’une femme. Commencez à croire aux histoires de fantômes mademoiselle Turner, vous en vivez une.

5.45 (1 vote)