Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1969

- Où avez vous appris à dire autant de conneries ?
- Deux ans de télé.

#1
7.59 (19 votes)

- Qu’est ce qui se passe chez vous à la fin ?
- Il se passe que je vous emmerde, monsieur ! Vous, votre affreux boudin de femme et votre sale chat !

#2
7.14 (18 votes)

Non, c’est trop… Ça me fait mal aux yeux de te regarder… Si j’étais aveugle, je passerai mon temps à te caresser le visage.

#3
5.83 (2 votes)

Mon général, vos regrets ne sauveront pas le pont mais des chars, eux, l’auraient pu !

#4
5.83 (2 votes)

Mais pourquoi il dit plus « Coucou ! » ?

#5
5.83 (2 votes)

Frankie Scannapie : A sinistra ! A sinistra !
Anatole : T’as entendu, il a dit « sinistre » !
Arthur Lespinasse : Imbécile, ça veut dire « à gauche », tourne à gauche !

#6
5.83 (2 votes)

- Vous ne connaissez pas mon frère, s’il nous surprenait, il vous tuerait.
- Oh oh, mais c’est très injuste, il pourrait attendre que nous ayons fait quelque chose de mal.
- Oui, faisons-le !

#7
5.83 (2 votes)

- Euh, brièvement, donnez-moi un compte-rendu concernant les effectifs dont nous disposons. La compagnie permanente est-elle prête pour entrer en action ?
- Mais il n’y a aucune compagnie permanente.
- Mais, je ne comprends pas.
- Elle vient d’être transférée.
- Ah ? La compagnie de réserve est-elle bien équipée ?
- Elle n’existe plus.
- Et les six cents volontaires Russes et Polonais, on peut compter sur eux ?
- Les soi-disant volontaires ont disparu.
- Capitaine Schmidt, sur le papier, en tout cas, vous disposez de seize cents éléments. Combien en fait en avez-vous ?
- Environ deux cents et j’y inclus le détachement du pont.
- Et les quatre cents miliciens, les Forces du Peuple, les Jeunesses Hitlériennes ?
- Une poignée d’hommes.
- Mais où sont les autres ?
- Ils ont déserté.
- Herr hauptmann, vous rendez-vous compte que vos propos sont une trahison ?
- Non, Herr major, ce n’est qu’la vérité.

#8
5.83 (2 votes)

- Le Führer a donné l’ordre que, quel qu’en soit le prix, l’Allemagne ne céderait plus un pouce de terrain à l’ennemi.
- Herr feldmarshal, si on gagnait avec des ordres, nous ne serions sûrement pas en train de nous battre acculés au Rhin mais nous ferions la noce à Londres, au Savoy !
- Je vous suggère de mieux peser vos mots, Herr general, on pourrait se méprendre sur leur sens.

#9
5.83 (2 votes)

- Vous avez reconnu avoir reculé devant le père Wharton ?
- Oui Monsieur !
- Et dans quelle direction ?
- En arrière ! Je vais toujours en arrière quand je recule !

#10
5.63 (6 votes)

- Monsieur, monsieur, y’a un monsieur qui vous attend.
- Pourquoi vous me le dites pas ?
- Je vous le dis.
- Quand ?
- Maintenant.
- Vous êtes un menteur !

#11
5.45 (1 vote)

Quand on a cinq cents millions, on est bien partout !

#12
5.45 (1 vote)

Depuis ce matin je me réjouis. J’ai tout préparé, le savon, la serpillière… Il manquait plus que vous !

#13
5.45 (1 vote)

- J’ai signé ma feuille de sortie.
- Mais pourquoi cette hâte ? N’y avait-il pas de belles infirmières ?
- Oh, si, si. Mais il y avait trop de mauvaises nouvelles.

#14
5.45 (1 vote)

Herr Major, moi j’dis qu’c’est moche tout ça. Quand un pays en arrive là. Fusiller nos officiers au bord de la route. Je crois qu’la guerre est perdue.

#15
5.45 (1 vote)

Tu passeras toute la nuit dans la lingerie !

#16
5.45 (1 vote)

Whaou ! Cet endroit en vraiment rempli de célébrités. Je suis la seule ici dont je n’ai jamais entendu parler.

#17
5.26 (9 votes)

No prison can hold me and I’ll get out of this one if it means spending my entire life here.

#18
5 (0 vote)

T’en connais beaucoup, toi, des fourgues qui t’allongeront dix milliards et même cinq sur une table ?

#19
5 (0 vote)

De quoi est morte votre femme ?

#20
5 (0 vote)

Haut de page