Kaakook

Série - La Casa de papel

Affiche de La Casa de papel
Titre
La Casa de papel
Écrit par
Álex Pina
Année de sortie
2017
Nombre de citations
17
Publication

Dernière mise à jour

Liens
Répliques en anglais sur l’IMDB
Proposer une citation pour ce film

Répliques de la série (17)

- Je suis une terre malade. Pire, je suis un putain de bidon d’essence avec une allumette.
- Super j’aime les feux de joie.

8.64 (78 votes)

Inconsciente, capricieuse, superficielle, égoïste, comment tu te définis ?

La Casa de papel, Moscou à Tokyo.
8.59 (54 votes)

Que l’ère du « matriarcat » commence !

8.52 (44 votes)

- Quoi tu trouves que je ne suis pas assez bien pour ton fils ?
- Pour moi t’es même trop bien parce que tu vis ta vie comme un jeu vidéo. Fusillade, braquage, amant, aventure.
- C’est comme ça que j’aime vivre.
- Non, toi ce que t’aime c’est sauter de pierre en pierre sur des flaques d’eau. Et à chacun de tes pas il y a une pierre qui coule et t’abandonnes tes cadavres sur le bord de la route. C’est comme ça que t’aimes vivre.

8.44 (35 votes)

La nostalgie est une séductrice… ça nous coûte de nous débarrasser de ses vestiges parce que nous pensons que ce sont des souvenirs qui nous rappellent certains moments de bonheur mais… c’est faux !

8.39 (52 votes)

L’amour, c’est deux personnes sur une balançoire. Quand l’un des deux monte, l’autre descend. L’équilibre est toujours rompu. Par le temps, la monotonie, ou les gens comme moi. La seule manière qu’on connaît de soulager la douleur, c’est de faire souffrir l’autre.

La Casa de papel, Tokyo à Rio.
8.38 (58 votes)

Tu ne veux plus m’écouter ? Pourquoi tu ne veux plus m’écouter ? Parce que c’est moi le méchant ? On t’a appris à diviser le monde entre les gentils et les méchants. Mais ce qu’on a fait ici ne te gêne pas quand ce sont d’autres qui le font, j’ai pas raison ? Au cours de l’année 2011, la Banque Centrale européenne a imprimé 177 milliards, des milliards d’euros de nul part, exactement comme on l’a fait. Mais juste beaucoup plus. 185 milliards d’euros sur l’année 2012, 145 milliards d’euros en 2013, tu sais où est passé tout cet argent ? Dans les banques. Directement depuis la fabrique. Jusqu’aux poches des riches. Mais est-ce que quiconque a traité la Banque Centrale européenne de voleuse ? Hmm ? Injection de liquidité, c’est comme ça qu’ils l’appellent. Et ils l’ont sorti de nulle part Raquel, de… nulle part.

Qu’est-ce que c’est ? C’est rien du tout, Raquel, c’est que du papier ! C’est du papier, tu vois ? C’est du papier ! Je ne fais que de l’injection de liquidité. Mais pas pour les banques, je le fais ici, dans la véritable économie, avec cette bande de… de loosers, si c’est comme ça que tu nous vois, Raquel. Pour échapper à tout ça une fois pour toutes. Tu n’as pas envie de t’échapper ?

8.08 (16 votes)

- Comment tu trouves que je suis ?
- T’es une merveille.
- Je crois que je suis une girouette qui fait morfler tout le monde. C’est comme si je jouais mon propre rôle dans un film. Je ne sais plus qui je suis. Moi je croyais être différente mais je suis une folle qui blesse ceux qui m’entourent, qui se lasse de tout. J’apporte que du malheur aux autres, je ne m’aime pas comme je suis.

7.94 (24 votes)

Je me suis comporté comme un sale con toute ma vie. Aujourd’hui j’ai envie de mourir avec dignité.

7.88 (23 votes)

Après tout, l’amour est une bonne raison pour que tout se passe mal.

La Casa de papel, Tokyo.
7.8 (31 votes)

Il faut plus de courage pour aimer que pour faire la guerre.

La Casa de papel, Tokyo.
7.69 (16 votes)

L’espoir c’est comme les dominos, dès qu’il y en a un qui est tombé, les autres le suivent…

La Casa de papel, Tokyo.
7.68 (46 votes)

Mais mélanger amour et boulot ça ne marche jamais…

La Casa de papel, Tokyo.
7.62 (32 votes)

La nostalgie c’est se rendre compte que certains moments insoupçonnés du passé nous ont rendus heureux.

La Casa de papel, Tokyo.
7.22 (8 votes)

Un homme dans une situation explosif.

7.04 (17 votes)

Comme aux échecs, il y a des moments où il faut sacrifier une pièce pour gagner.

La Casa de papel, Tokyo.
5.71 (4 votes)

- C’est la première fois que je couche et que la fille est pas encore partie quand j’ouvre les yeux !
- Où est-ce que t’aurais voulu que je parte dis-moi ? Je suis coincée avec une balle dans la jambe, alors où est-ce que j’irais ? J’ai pas vraiment le choix, non ?
- Qu’est-ce qui te prends ? Pas la peine de m’agresser, je te rappelle que je t’ai sauvé la vie hein ?!
- Tu m’as sauvé la vie ? Et comment ? Comme à une juive à Auschwitz ? Quand un nazi en choisissait une dans la file et lui évitait la chambre à gaz ?
- Je ne suis pas un nazi. Je sais pas si tu te rappelles mais ils m’ont demandé de te descendre !
- Et qu’est-ce que t’as fait ? Hein ? Tu leur as dit non ? Tu leur as dit « non, pas question » ?! Non tu m’as mis une balle dans la jambe, tu m’as humilié devant tout le monde, tu m’as traîné ici, je suis bouclée, j’ai pas d’air et si jamais je veux faire mes besoins je dois utiliser un sceau ! Alors ouvre un peu les yeux, c’est vrai peut-être que t’es le meilleur des nazis mais tu restes un des leurs.

5.6 (15 votes)

Il manque une citation importante ? N'hésitez pas à proposer une réplique pour ce film.

Personnages du film

Haut de page