Kaakook
connexion inscription

Personnage - Evelyn Johnson

Evelyn Johnson apparaît dans :


Répliques de Evelyn Johnson (7)

- Vous êtes si belle que ça en est douloureux !
- C’est votre nez qui saigne ?
- Non c’est mon cœur.

9.37 (511 votes)

J’aurais tant voulu qu’on vive notre vie ensemble toi et moi... qu’on fonde une famille... Mais la vie ne m’a pas demandé mon avis... c’est Dany maintenant que je vais aimer de tout mon cœur. Mais je sais que je ne pourrai plus jamais regarder un coucher de soleil sans penser à toi... Je t’aimerai toute ma vie...

5.45 (1 vote)

Everybody to the hospital!!

5.45 (1 vote)

- Evelyn, tu as déjà vu Pearl Harbor au coucher du soleil ?
- Oui.
- Vu du ciel ?

5.45 (1 vote)

- C’est lui qui m’a appris à piloter, et je savais que même dans les pires situations je ne serais jamais seul… Qu’il serait toujours avec moi. En vol, il m’a toujours poussé pour que je sois le meilleur, le plus rapide…
- Il m’a dit que tu étais un grand pilote… C’est le soir où il m’a dit qu’il était volontaire pour partir en Angleterre…
- Volontaire… ? Il m’a dit qu’il en avait reçu l’ordre… Il voulait toujours me protéger… Moi, je me vois quelques fois dans une glace, dans cet uniforme et je me demande qui je suis… J’ai l’air d’un héro mais j’en suis pas un… Rafe, lui, il n’en avait pas seulement l’air…
- Il brûlait tellement d’impatience…

5 (0 vote)

- Chère Evelyn,
Ce n’est pas du tout comme je l’imaginais ici, il fait froid, un froid terrible, pénétrant. Le seul moment où je n’ai pas froid, c’est quand je pense à toi. Je ne sais pas ce que je donnerais pour être auprès de toi. C’est pas facile de se faire des amis : il y a deux jours j’ai bu un pot avec quelques pilotes de la RAF, hier deux d’entre eux ne sont pas rentrés.

- Chers Rafe,
Tu me manques tellement, c’est difficile de te savoir si loin. Chaque soir je regarde le soleil se coucher et j’essaye de retenir la dernière parcelle de chaleur de cette longue journée, pour te l’envoyer par la pensée et par le cœur.

5 (0 vote)

- J’ai pas fermé l’œil de la nuit. Fallait que je te vois, je sais qu’on a fait une folie cette nuit mais j’ai pas de regrets. Et toi ?
- Je n’sais pas… C’était merveilleux et en même temps… Tout ça est allé trop vite.
- Écoute je suis allé sur la plage ce matin très tôt, pour assister au levé du soleil, j’étais là à le regarder et j’ai compris que rien ne serait jamais plus pareil… Que quelque chose commençait à cet instant précis, ici à Pearl Harbor, et j’me fous complètement de ce que peuvent dire les autres. C’est tout à fait normal que je sois dans cet état… T’es très jolie.

5 (0 vote)