Kaakook
connexion inscription

Personnage - Edie Britt

Edie apparaît dans :


Répliques de Edie (9)

Edie : J’étais au volant de ma voiture, l’autre soir, et devinez ce qui s’est passé [Bruit de voiture qui freine brusquement…] : je suis entrée dans un poteau électrique. Et puis, comme un malheur n’arrive jamais seul, j’ai été électrocutée ! Que voulez vous que je vous dise ? C’était un jour sans… L’accident n’a pas échappé à mes voisins, qui ont aussitôt quittés leurs burritos réchauffés au micro-ondes, leur pot de crème hydratante hors de prix, et leur film porno à la demande, pour se précipiter dans la rue, curieux de voir ce qui avait provoqué tout ce grabuge. Mais quand ils se sont rendus compte que c’était moi, quelque chose de bizarre c’est produit, pendant un instant personne n’a bougé ou dit quoique ce soit. Ils sont tous restés là, le regard fixe, et puis…
Gabrielle : Oh bon sang !
Edie : … Ça a été la panique générale !
Katherine : Quelqu’un sait il pratiquer un massage cardiaque ?
Lee : [Au téléphone] Y’a eu un grave accident…
Mike : Eddie ! Est-ce que tu m’entends ?!
Edie : Oui… Subitement, tout le monde est devenu très inquiet. Ce qui était très touchant, mais en fin de compte, inutile… Un peu avant que l’ambulance n’arrive enfin, j’ai entendu quelqu’un chuchoter : « Il ne faut pas t’inquiéter, tu vas t’en sortir Eddie, ça va aller, tu verras… » Han ! Susan Mayer, qui a eu tout faux sur ce coup là. Deux secondes plus tard, c’était arrivé. Entourée de tous mes voisins, j’ai rendu mon dernier soupir… La bonne nouvelle ? Je suis morte exactement comme j’ai vécue : en attirant toute l’attention sur moi.

9.1 (157 votes)

Espèce de rousse constipée.

8.75 (110 votes)

- Et toi tu t’es déjà regardée dans un miroir Edie ? Toi t’es tout de même célèbre pour collectionner les hommes !
- Merci !
- C’est tout sauf un compliment, pauvre fille ! Quoiqu’il en soit, j’ai pas l’intention d’écouter les conseils et jugements d’une femme qui a couché avec, euh… combien ? Plus d’un millier d’hommes ?
- J’ai profité des années 80. Mais la différence c’est que je recherche la compagnie des hommes parce que je les aime, toi tu la recherches parce que tu en as besoin !
- Tu parles d’une différence !
- Et oui, il y en a une. Il y a des trous dans ton cœur qui ne peuvent être comblés que par la présence d’un homme. Admets-le Mayer, tu es faible.

8.64 (49 votes)

- J’ai connu pas mal d’hommes je l’avoue. Mais je ne me suis jamais permis de tomber amoureuse. Je croyais que c’était parce que j’avais peur de souffrir mais aujourd’hui j’ai compris que la souffrance n’était pas le pire, c’est la haine qui tue !
- Si vous pouviez ne pas mettre l’ordre.

8.21 (29 votes)

- Si tu veux qu’il revienne, frappe fort, et frappe vite ! Il est du genre jaloux ?
- Ils le sont tous, non ?!

8.18 (34 votes)

Et c’est ainsi que Wisteria Lane est devenue ma dernière demeure. Mes cendres ont été dispersées sur une pelouse que j’avais foulée, au pied d’un arbre qui m’avait donné de l’ombre, au-dessus de roses que j’avais admirés et près d’une clôture par-dessus laquelle j’avais échangé des potins. Une fois les adieux de mes amies terminés, un vent s’est levé et a emporté dans les airs ce qu’il restait de moi. En regardant le monde de là-haut, j’ai commencé à lâcher prise, à quitter les petites clôtures blanches, les voitures dans les allées, les tasses à café et les aspirateurs. J’ai laissé toutes ces choses en apparences si ordinaires, mais qui mis ensemble constituent une vie, une vie qui pour ma part à vraiment été unique en son genre. Je vais vous dire quelque chose, ce n’est pas dur de mourir quand on sait qu’on a bien vécu. Et j’ai bien vécu oh ça oui !

5.83 (2 votes)

Tu sais il y a une chose que tu dois savoir sur moi. Je ne reste jamais longtemps frustrée.

5 (0 vote)

Bon, on cherche quoi au juste ? Un coussin brodé sur lequel il y aurait écrit « J’ai tué Martha Huber » ?

5 (0 vote)

Regarde moi… Ne regarde pas la Edie qui pose pour la galerie… Elle, en fait, qu’elle aille se faire voir. Oublions le chemisier qu’elle porte parce qu’elle sait qu’il met son décolleté en valeur… Et la jupe, qui est super courte parce qu’elle sait aussi que les hommes adorent les longues jambes… Et les chaussures à talons, celles qui font des jambes encore plus longues… Le soutien-gorge maintenant, qui lui remonte les seins qui tiennent un peu moins bien aujourd’hui… Et la petite culotte, celle qui cache la cicatrice que j’ai depuis ma césarienne… Et voilà… Salut Carlos, je suis Edie. Il se peut que je ne soit pas la femme que tu avais imaginé derrière tout ça. Mais je suis authentique et je suis devant toi… Et j’aimerais que tu me donnes une chance.

5 (0 vote)