Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1967

- Il m’a parlé le cheval, hein ! Vous savez qu’il m’a parlé !
- Mais oui, mais oui ! Reposez-vous !
- Au fait, où est-il ?
- Qui donc ?
- Le cheval !
- Oh ! On est en train de l’interroger.

#1 7.59 (19 votes)

- Nous avons essayé de trouver un mot de passe que vous ne risquez pas d’oublier.
- Ah oui ?
- C’est : « je vous adore ». Répétez-le bien pour vous en rappeler.
- Soyez sans crainte, je m’en rappellerai.

#2 7.2 (15 votes)

Il ne faut pas que tu m’en veuilles
Où je vais me mettre à pleurer
Mon maquillage va couler
Et j’ai déjà la larme à l’œil !

#3
7.06 (7 votes)

- [découvrant un portrait au mur] Mais c’est moi !
- Oui ma vie… Tu ne m’avais pas dit que tu posais pour les militaires !
- Les militaires ? Qu’est ce que c’est que cette histoire ? Qui a fait ce portrait ?
- Je viens de te le dire : un militaire ! Il se dit peintre et poète, tu vois le genre… Tu le connais ?
- C’est troublant cette ressemblance, tu ne trouves pas ?
- Simple coïncidence !
- Mais c’est tout à fait moi !
- Pas du tout : c’est platement figuratif. Toi tu es spirituelle mon âme !… non, c’est un portrait sans valeur, une œuvre d’imagination. Et il l’appelle « idéal féminin » en toute simplicité !
- « idéal féminin »… Comme ce type doit m’aimer puisqu’il m’a inventée ! Comment est-il ?
- Lui ? Fade, insignifiant… Ce n’est absolument pas le genre de type qu’il te faut !

#4
6.88 (6 votes)

- Qu’est ce qu’on prend pour se réveiller quand on rêve qu’on ne dort pas ?
- Je sais pas…
- Un somnifère monsieur le commissaire.

#5 6.67 (14 votes)

Bill : Elles n’en foutent pas lourd !
Yvonne Garnier : Vous n’êtes pas très galants avec vos dames…
Etienne : Ce ne sont pas nos dames. Enfin, presque pas…
Yvonne Garnier : Ce sont des artistes ?
Etienne : La petite blonde fait le numéro du chabavanais indien, et la rousse le numéro du chabavanais chinois.
Bill : … C’est plus difficile !
Yvonne Garnier : [D’un ton pas convaincant] Hum… c’est intéressant…

#6
6.67 (5 votes)

Je vais en perm’à Nantes !

#7
6.39 (26 votes)

- On m’avait dit que vous aviez été assassiné à Hong-Kong.
- Oui, c’est ma seconde vie.
- On ne vit que deux fois, monsieur Bond.

#8 6.09 (13 votes)

Ce que je ne ferais pas pour l’Angleterre…

#9 6.09 (13 votes)

- Nous fûmes toutes deux élevées par maman,
qui pour nous se priva, travailla vaillamment.
- Elle voulait de nous faire des érudites
et pour cela vendit toute sa vie des frites !

#10
6 (5 votes)

What we got here is… failure to communicate.

#11
5.83 (2 votes)

Nos anciennes batailles sont finies. Elles sont finies tu entends ? Des trains, de l’acier, des canons qui tuent les hommes pas milliers. C’est fini les chevaux. C’est terminé. De l’acier, rien que de l’acier. Y’a plus de guerriers. Les combats héroïques, c’est le passé. Aujourd’hui, tout ça, c’est terminé !

#12
5.83 (2 votes)

Madame Robinson, ne seriez-vous pas en train de me séduire ?

#13
5.71 (4 votes)

Je suis ancien combattant, militant socialiste et bistrot. C’est te dire si, dans ma vie, j’en ai entendu des conneries. Mais des comme ça, jamais !

#14
5.45 (1 vote)

- Y a un pendu dans ma chambre !
- Dans ma chambre ?
- Non, dans la mienne !
- Dans la mienne ? Ah, quelle horreur !

#15 5.45 (1 vote)

On m’a dépendu mon pendu ! Il était pendu là ! Il s’est pas dépendu tout seul !

#16 5.45 (1 vote)

Dans votre belle société, je mets les truands et les privilégiés dans le même sac. Et dans toute société qui se respecte, chacun doit payer ses impôts !

#17 5.45 (1 vote)

- Quand un faux fantôme rencontre un autre faux fantôme, qu’est-ce qu’il se passe ?
- Ben il a peur !

#18 5.45 (1 vote)

Oh, y’a c’qui y’a !

#19
5.45 (1 vote)

- Rassurez-vous. Je ne suis pas venu dans l’intention de vous assassiner.
- Merci.
- Enfin pas tout de suite.

#20 5.45 (1 vote)

Haut de page