Kaakook

Personnage - Odile Deray

Odile apparaît dans :


Répliques de Odile (17)

- Simon, vous n’avez pas de bagages ?
- Ah, ba, non ! On m’a dit de venir, pas de venir avec des bagages, pourquoi il fallait que j’en prendre ?

9.27 (154 votes)

- Parlez moi de vous plutôt.
- Odile ! Moi c’est Odile ! Pluto c’est l’ami de Mickey !
- Ah non ! Pluto c’est le chien de Mickey ! L’ami de Mickey c’est Dingo !

9.18 (309 votes)

- Il s’est fait coincer par la tapette géante !
- Écoutez Kara, Monsieur n’est pas une tapette, Monsieur est commissaire de police !

9.14 (188 votes)

- Pardon, du thé ?
- Volontiers, oui merci... C’est lui ?
- Non, ça c’est mon chien.
- Oh, bien sûr oui... Parlez-moi de lui, j’le connaissais assez peu finalement.
- C’était un très beau berger allemand, bien dressé, on a tous les papiers.
- Non, non, je parle de votre mari.
- Jacques... ils me l’ont massacré avec la faucille et le marteau, mais si vous l’aviez vu entier, un très bel homme, bien propre, généreux... Pardon du sucre ?
- 16... C’est amusant parce que le film dont j’m’occupe c’est l’histoire d’un type qui tue les gens à la faucille et au marteau, c’est incroyable, non ?
- Oui... Regardez, c’est son dernier cadeau, j’lui ai dit Jacques mais c’est de la folie, il faut vendre la caravane, vous savez ce qu’il m’a dit ? Il m’a dit banco.
- Oh, l’effet que ça m’a fait c’matin quand j’ai ouvert le journal et qu’jai vu qu’on parlait de mon film...
- J’l’entends encore : banco, un vrai capricorne celui-là.
- Remarquez, forcément, j’suis attachée de presse, alors qui dit attaché de presse dit presse.
- Pour ce qu’on s’en servait de cette caravane en plus.
- Mais quand j’pense qu’il a fallu un meurtre pour qu’on parle de mon film, c’est quand même hallucinant, non ? Enfin quand je dis parler, y’a un journal qui en a parlé.
- On s’en ait jamais servi de la caravane... Ah si, une fois.
- Non, deux, y’a eu deux journaux, remarquez qui aurait été en parler, j’ai personne du film... Le metteur en scène, il est à l’asile ; le producteur il est en taule ; le comédien... Ah si, j’crois qu’il est libre, j’crois qu’il a rien tourné depuis.
- Vous croyez qu’on s’en serait servi de la caravane, eh bien non, ça faisait des mois qu’elle traînait dans le garage à prendre la poussière.
- Parce que si je le fais descendre, alors là, j’fais monter la sauce, des gardes du corps, tout l’tralalala, en plus j’vois déjà les titres des journaux : la vedette de Read is Dead descend à Cannes au péril de sa vie, oh, c’est bien ça, vous avez un téléphone ?
- J’lui ai dit : « Jacques, c’est l’hermine ou la caravane », il a dit « banco ».

9.12 (138 votes)

- Vous êtes Odile Deray ?
- Non, je suis le Pape et j’attends ma sœur !
- ...
- C’est moi !
- Ah ! Je suis envoyé par l’agence de security.
- Et vous êtes ?
- A l’aréoport.
- Ça je sais, mais votre nom c’est quoi ?
- Ah ! Serge... Karamazov. Aucun lien je suis fils unique.

9.11 (170 votes)

- Je suis quasiment sûr que nous avons affaire à un serial killer.
- Pardon ?
- Je crois que nous avons affaire à un serial killer.
- Un quoi ?
- Un serial killer.
- Un ?
- Un serial killer. Un tueur en série.
- Ah... Un serial killer.

8.93 (167 votes)

- Vous voulez un whisky ?
- Non, juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d’abord ?

8.83 (794 votes)

- Je m’occupais du festival moutarde et cinéma.
- Ah ! c’est passionnant, ça. Et ça parlait de quoi?
- De moutarde et de cinéma.
- Oh ! Formidable !
- Ma première voiture, c’était une Peugeot !
- Oh, c’est formidable.
- Et un jour, mes cousins sont allés coucher chez ma grand-mère !
- Oh, c’est fabuleux !

8.8 (90 votes)

- Madame je vous pisse à la raie !
- Deray, Odile Deray...

8.79 (139 votes)

- And I’ve got a new project for you if you’re interested...
- Aille want to popaul !
- OK. It’s called « Snow-White and the magnificient 7 ». First, they meet. Then they meet and they fight. And then at the end, they fuck. It’s unbelievable!
- A beulibobol.
- … Think about it!
- Thank aboute it ! I have in ze bilouque.

8.7 (36 votes)

Prenez un chewing gum Emile.

8.67 (148 votes)

Bon, monsieur Karamazov vous conduisez, moi je passe derrière. Vous Simon vous prenez la place du mort. [Et Simon va dans le coffre à la place du cadavre]

8.64 (78 votes)

- Dites, Simon, il va falloir me le vendre ce film... Trouvez des gimmicks, des phrases chocs.
- Quel genres ?
- Heu... Genre, genre... Genre des phrases chocs
- Ah.

8.53 (58 votes)

Oh si si, prenez un chewing-gum, Émile.

7.92 (43 votes)

- L’enterrement aura lieu mardi prochain je pense.
- Mardi ! Ah non... Je ne crois pas... Sinon je serais venue avec plaisir.
- C’est gentil. J’espère au moins que le soleil sera de la fête, c’est plus gai, enfin moins triste.

7.89 (61 votes)

Merci Émile, vous me retirez une fière chandelle du pied.

7.69 (16 votes)

Émile, vous m’avez sauvé ma vie ! Oh, je vous dois une fière bretelle !

7.2 (15 votes)