Kaakook
connexion inscription

Personnage - Evey

Evey apparaît dans :


Répliques de Evey (10)

On me dit de me souvenir de l’idée et non de l’homme, parce que l’homme peut échouer, il peut être arrêté, il peut être exécuté et tomber dans l’oubli alors qu’après 400 ans, une idée peut encore changer le monde. Je connais d’expérience le pouvoir des idées. J’ai vu des hommes tués en leurs noms… et mourir en les défendant. Mais on ne peut embrasser une idée. On ne peut la toucher ou la serrer contre soi. Les idées ne saignent pas, elles ne ressentent pas la douleur… et elles ne peuvent aimer.

9.39 (452 votes)

- Qui êtes-vous ?
- Qui ? « Qui » n’est autre que la forme qui résulte de la fonction de « qu’est-ce-que », et ce que je suis c’est un homme sous un masque.
- Ça je vois…
- De toute évidence. Je ne mets pas en doute ton sens de l’observation, je ne fais que mettre en exergue le paradoxe qui est de demander à un homme masqué qui il est.

9.38 (856 votes)

- Où est-ce que je suis ?
- Dans ma maison. Je l’appelle la Galerie des Ombres.
- C’est magnifique… [en parlant des œuvres d’art exposées] Mais où est-ce que vous avez trouvé tout ça ?
- Oh, ici et là. Beaucoup proviennent des chambres fortes du ministère de la Bienséance.
- Vous les avez volées ?
- Grands dieux non ! « Voler » suppose qu’il existe un propriétaire, or on ne peut voler la censure. Je les ai juste récupérées.

9.38 (296 votes)

- Mon père était écrivain. Il vous aurait plu. Il disait que les artistes utilisaient les mensonges pour dire la vérité, et que les politiciens le faisaient pour cacher la vérité.
- Un homme selon mon cœur.

9.34 (234 votes)

- Qui il était ?
- Il était Edmond Dantès… Il était mon père, et ma mère, mon frère, mon ami… Il était vous, et moi. Il était chacun de nous.

9.31 (340 votes)

Personne n’oubliera jamais cette nuit là et tout ce qu’elle a représenté pour ce pays. Mais moi, je n’oublierai jamais l’homme, et tout ce qu’il a représenté pour moi.

9.28 (185 votes)

- Je commence à comprendre… Tu leur fais payer le mal qu’ils lui ont fait ! Ce qu’ils t’ont fait.
- J’ai été créé par ce qu’on m’a fait. Il y a un principe simple de l’univers qui veut que chaque action crée une réaction égale et opposée.
- C’est ça pour toi ? Une simple équation ?
- Ce qu’il mon fait était monstrueux !
- Et ils ont créé un monstre.

9.08 (143 votes)

- Who are you?
- Who? Who is but the form following the function of what… And what I am is a man in a mask.
- Oh, I can see that.
- Of course you can, I’m not questioning your powers of observation.
I’m merely remarking upon the paradox of asking a masked man who he is.
- Right.
- But on this most auspicious of nights… Permit me then, in lieu of the more commonplace sobriquet… To suggest the character of this dramatic persona.
Voilà! In view, a humble vaudevillian veteran… Cast vicariously as both victim and villain by the vicissitudes of fate. This visage no mere veneer of vanity is a vestige of the vox populi now vacant, vanished. However, this valorous visitation of a by go vexation stands vivified and has vowed to vanquish these venal and virulent vermin vanguarding vice and vouchsafing the violently vicious and voracious violations of volition. The only verdict is vengeance, a vendetta… Held as a votive not in vain, for the value and veracity of such… Shall one day vindicate the vigilant and the virtuous. Verily this vichyssoise of verbiage veers most verbose. So let me simply add that it’s my very good honour to meet you… And you may call me V.
- Are you like, a crazy person?
- I am quite sure they will say so. But to whom, might I ask am I speaking?
- I’m Evey.
- Evey? E-vey. Of course you are.
- What does that mean?
- It means that I, like God, do not play with dice and do not believe in coincidence. Are you hurt?
- No, I’m fine. Thanks to you.
- Oh, I merely played my part. But tell me, do you enjoy music, Evey?
- I suppose.
- You see, I’m a musician of sorts… And on my way to give a very special performance.
- What kind of musician?
- Percussions instruments are my speciality. But tonight I intend to call upon the entire orchestra for this especially event… And would be honoured if you could join me.
- I don’t think so. I should be getting home.
- I promise you, it will be like nothing you’ve ever seen. And afterwards, you’ll return home safely.
- All right.

8.7 (59 votes)

Dieu vit dans la pluie.

8.18 (144 votes)

- It’s beautiful up here.
- A more perfect stage could not be asked for.
- I don’t see any instruments.
- Your powers of observation continue to serve you well. But wait. It is to Madame Justice that I dedicate this concerto…in honor of the holidays she seems to have taken from these parts…and in recognition of the impostor that stand in her stead.
Tell me, do you know what day it is, Evey?
- November the 4th?
- Not anymore.

Remember, Remember
The 5th of November
The gunpowders treason and plot
I know of no reason
Why the gunpowder treason
Should ever be forgot.

First the overture… Yes. Yes the stings. Listen carefully, can you hear it?… Now the brass…
- I can hear it ! How do you do that?
- Wait! Here comes the crescendo! How beautiful is it not?

8.15 (55 votes)