Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1959

- Mais tu ne comprends pas ! Je suis un homme.
- Et alors ? Personne n’est parfait.

#1
9 (120 votes)

- C’est quoi ces tâches de sang sur vos guêtres ?
- Je me suis coupé en me rasant ce matin.
- Vous vous rasez avec vos guêtres ?
- Je dors même avec mes guêtres.

#2
7.96 (39 votes)

Je te rencontre.
Je me souviens de toi.
Qui es-tu ?
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Comment me serais-je doutée que cette ville était faite à la taille de l’amour ?
Comment me serais-je doutée que tu étais fait à la taille de mon corps même ?
Tu me plais. Quel événement. Tu me plais.
Quelle lenteur tout à coup.
Quelle douceur.
Tu ne peux pas savoir.
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
J’ai le temps.
Je t’en prie.
Dévore-moi.
Déforme-moi jusqu’à la laideur.
Pourquoi pas toi ?
Pourquoi pas toi dans cette ville et dans cette nuit pareille aux autres au point de s’y méprendre ?
Je t’en prie…
(…)
Je te rencontre.
Je me souviens de toi.
Cette ville était faite à la taille de l’amour.
Tu étais fait à la taille de mon corps même.
Qui es-tu ?
Tu me tues.
J’avais faim. Faim d’infidélités, d’adultères, de mensonges et de mourir.
Depuis toujours.
Je me doutais bien qu’un jour tu me tomberais dessus.
Je t’attendais dans une impatience sans borne, calme.
Dévore-moi. Déforme-moi à ton image afin qu’aucun autre, après toi, ne comprenne plus du tout le pourquoi de tant de désir.
Nous allons rester seuls, mon amour.
La nuit ne va pas finir.
Le jour ne se lèvera plus sur personne.
Jamais. Jamais plus. Enfin
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Nous pleurerons le jour défunt avec conscience et bonne volonté.
Nous aurons plus rien d’autre à faire que, plus rien que pleurer le jour défunt.
Du temps passera. Du temps seulement.
Et du temps va venir.
Du temps viendra. Où nous ne saurons plus nommer ce qui nous unira. Le nom ne s’en effacera peu à peu de notre mémoire.
Puis, il disparaîtra tout à fait.

#3
7.76 (39 votes)

- Je suis Osgood Fielding III.
- Et moi Cendrillon II !

#4
7.69 (29 votes)

Rien. De même que dans l’amour cette illusion existe, cette illusion de pouvoir ne jamais oublier. De même, j’ai eu l’illusion devant Hiroshima que jamais je n’oublierais, de même que dans l’amour… Comme toi, j’ai essayé de lutter de toutes mes forces contre l’oubli, comme toi j’ai oublié… Comme toi j’ai désiré avoir l’inconsolable mémoire, une mémoire d’ombre, de pierre. J’ai lutté pour mon compte, de toutes mes forces, chaque jour, contre l’horreur de ne plus comprendre du tout le pourquoi de ce souvenir. Comme toi, j’ai oublié. Pourquoi nier l’évidente nécessité de la mémoire ? Écoute-moi, je sais encore : ça recommencera 200 000 morts, 80 000 blessés en 9 secondes, ces chiffres sont officiels, ça recommencera. Il y aura 10 000 degrés sur la terre, 1000 soleils dira-t-on.

#5
7.6 (15 votes)

Et puis, un jour, mon amour, tu sors de l’éternité.

#6
7.14 (11 votes)

Je t’oublierai, je t’oublie déjà, regarde comme je t’oublie, regarde-moi !

#7
7.04 (17 votes)

C’est comme l’intelligence, la folie, tu sais. On ne peut pas l’expliquer, tout comme l’intelligence. Elle vous arrive dessus, elle vous remplit et alors on la comprend. Mais, quand elle vous quitte, on ne plus la comprendre du tout.

#8
6.67 (8 votes)

Je me souviendrai de toi comme de l’oubli de l’amour même.

#9
6.67 (8 votes)

- Judah, ou bien tu m’aides ou bien tu me combats, tu n’as pas d’autre choix. Tu es soit pour moi soit contre moi !
- S’il faut que je choisisse, alors je serai contre toi !

#10
6.15 (3 votes)

Oui, oui, c’est vrai, j’ai égaré une tarentule. Elle a disparu jeudi dernier, c’est pourquoi je suis terriblement inquiet depuis jeudi. C’est qu’elles sont dangereuses.

#11
6.15 (3 votes)

Sextus, tu voulais savoir comment combattre une idée. Et bien, je vais te l’apprendre. Avec une autre idée.

#12
6.15 (3 votes)

- Cadence de combat, hortator.
- Cadence de combat !
- Cadence d’attaque.
- Cadence d’attaque !
- Cadence d’éperonnage.
- Cadence d’éperonnage !
- Repos.
- Repos ! Arrêtez ! Repos !

#13
6.15 (3 votes)

Garde… détache le 41.

#14
6.15 (3 votes)

- Si tu n’étais pas fiancée, je te donnerais un baiser d’adieu.
- Si je n’étais pas fiancée, nous n’aurions pas besoin de nous dire adieu.

#15
6.15 (3 votes)

Tue-moi et ta mère et ta sœur mourront aujourd’hui crucifiées toutes les deux sous tes yeux ! Qu’attends-tu, Judah ? Tue-moi !

#16
6.15 (3 votes)

- L’homme qui t’accompagne, Quintus Arrius, qui est-ce ?
- Celui qui a permis, divin empereur, que je revienne ici te servir.
- C’est tout ce que tu sais sur cet homme ?
- Non. On l’a accusé d’avoir attenté aux jours du procurateur de Judée mais il était innocent.
- Je l’espère. Ce serait une étrange incohérence chez cet homme d’essayer de tuer mon procurateur et de sauver la vie de mon consul.

#17
6.15 (3 votes)

C’est Judah Ben-Hur que j’aimais. Qu’a-t-il pu advenir de lui ? Tu ressembles maintenant à ce que tu t’étais juré de détruire. Tu rends le mal pour le mal. La haine change ton cœur en pierre. Ton visage est pour moi celui de Messala ! Je t’ai perdu, Judah…

#18
6.15 (3 votes)

Judah ! Regarde ! Regarde, il conduit un char grec ! Judah, fais attention ! Ne le laisse pas approcher !

#19
6.15 (3 votes)

Citoyens, je vous accueille à ces jeux au nom de Tibère, notre divin empereur. Nous les dédions à sa plus grande gloire et à la gloire éternelle de Rome qui pour vous est la seule patrie. Honorons ceux qui vont courir pour nous aujourd’hui. Ils sont venus ici d’Alexandrie, de Messine, de Carthage, de Chypre, de Rome, de Corinthe, d’Athènes, de Phrygie et de Judée. Pour le meilleur d’entre eux, le laurier de la victoire. La course commence. Ave César !

#20
6.15 (3 votes)

Haut de page