Kaakook
connexion inscription

Acteur / Actrice - Guillaume Canet

Guillaume Canet joue dans :


Répliques de Guillaume Canet (57)

- On a jamais parlé de l’avenir tout les deux. Enfin, je veux dire, de nos deux avenirs.
- Nos deux avenirs… Tu vois, moi, spontanément, j’aurais dit NOTRE avenir… Faut croire que le présent devrait me suffire.

9.34 (1596 votes)

- Bon cap ou pas cap ?
- Cap…
[Il descend son pantalon]
- Mouaiiis…
- Quoi mouais ?
- C’est juste à cause de çà qu’les hommes sont mieux payés qu’les femmes ?
- Aux bons ouvriers les bons outils !… À mon tour… montres-moi ta zizette !
- C’est pas du jeu c’est MON gage t’as pas l’droit d’copier…
- Cap ou pas cap ?
[Sophie se résigne à soulever sa robe]
- Cap !
- C’est tout ?! Mais on voit rien du tout !
- Tu vois qu’les femmes sont plus malignes que les hommes !

9.34 (1496 votes)

T’es cap toi de faire pleurer une fille le jour de son mariage, de rire quand t’es malheureux, de te taire pendant dix ans ? Dis moi, t’es cap’ ?

9.33 (1858 votes)

- Alors, t’es amoureuse ? T’es pas obligée de répondre, c’est juste une question.
- J’ai personne dans mon lit si c’est ce que tu veux savoir… Enfin, personne que je n’puisse changer avec les draps. Il est footballeur, il s’appelle Sergueï Nimovnemovitch… Enfin s’appelait je l’ai largué ce matin.
- Comment t’as pu sortir avec un mec qui a un nom à coucher dehors ?
- Bah justement j’en avait marre de coucher dehors.
- Et depuis ce matin, rien d’autre ?
- A part Sergeï ? Euh… Greg son copain, Jérôme son père, un François, deux trois Kévin, le prince de Cendrillon, les droïdes de la guerre des étoiles enfin tu vois rien de bien sérieux. Un cœur à prendre.

9.33 (1381 votes)

- T’as un copain ?
- Oui.
- Eh bien maintenant t’en as deux !

9.33 (1211 votes)

- Aime moi !
- Cap !
- Attends, c’est un jeu là pour toi ?
- Non, c’est un pari. C’est toi qui l’a lancé.
- Bah si c’est moi qui l’ai lancé t’as pas su le rattraper au vol. Pauvre tache. Tu vas rater ton bus.

9.32 (1403 votes)

C’est comme ça qu’on a gagné la partie. Ensemble. Heureux. Et là, au fond du béton, on a enfin partagé notre rêve d’enfant : le rêve d’un amour sans fin…

9.32 (1852 votes)

- Qu’est c’que tu f’ras quand tu s’ras grand ?
- Tyran !
- Wouaw ! Tyran ! Avec tout un peuple asservit ?
- Parfaitement ! Avec un… harem, des esclaves ! J’les torturerai chaque jeudi matin…
- Coooool.
- Et toi ?
- Beeen, je… Non, c’est idiot…
- Allez, dis le !
- Non, ça va pas t’plaire !
- Moi j’te l’ai dit, raconte !
- J’aimerais être un flan… un flan aux abricots… ou nature tiens, un peu tiède, dans une boulangerie… en vitrine…
- Un flan ? comme les gâteaux ?
- Ben évidemment !! Qu’est ce que tu veux que ce soit d’autre ? Y’en a pas 46 000 des flans !
- Flan… Flan… Ah mais ouais ! Un flan ! Mais ouais, mais c’est super génial !!

9.32 (1338 votes)

Un jeu de crétin ? Peut-être bien, mais c’était notre jeu !

9.32 (1089 votes)

- Tu m’attendras ?
- C’est un gage ?
- Non.
- Tu verras bien alors…

9.31 (967 votes)

- Tu dors ?
- Officiellement oui.
- Les rumeurs disent que tu fais semblant.
- Oui j’ai vu ça dans Paris Match. Juste des ragots.
- Je vais dormir un peu.

9.31 (1337 votes)

- Tu crois au coup de foudre ?
- Ouais.
- Naïve.

9.3 (1680 votes)

- Maman maman, tu as oublié ton trésor.
- Mon seul trésor, c’est toi !

9.3 (1300 votes)

J’aime bien les osselets, le Monopoly mais seulement quand je tiens la banque. J’adore jouer aux billes je gagne tout le temps. Le jeux de loi c’est franchement débile, enfin toujours moins que les jeux dames. Le Rubik’s cube et toutes ces conneries des pays de l’est. Les devinettes ? C’est pas mon truc. Yams, crapettes, marelle c’est ok. Au chat perché sa passe encore mais sa s’arrête là. Mais il y a un jeux auquel ils ne faut jamais jouer, je dit bien jamais, même si c’est votre meilleur ami qui vous le propose ! C’est de se faire ensevelir dans un bloc de béton.

9.29 (1086 votes)

[Julien fait pipi devant le directeur]
- Séparez-les, séparez-les mademoiselle !
- Nous séparer ! Ils ont jamais été cap d’y arriver !

9.29 (1166 votes)

La perversion c’est une affaire de goût, c’est comme la bouffe chinoise : on aime ou on n’aime pas. N’empêche que quand on est chinois on a pas le choix !

9.28 (1133 votes)

Je vous présente ma vie vers 35 ans. J’avais tout. Une femme, deux enfants, trois potes, 4 crédits, 5 semaines de vacances, 6 ans dans la même boite, 7 fois mon poids en matériel hi-fi, 8 coïts conjugaux par trimestre, 9 fois le tour de la terre en emballages plastiques, couvercles de polystyrène et autres packaging alimentaires non biodégradables et 10 ans sans voir mon père. Le bonheur. La panoplie du parfait tyran dont j’avais rêvé toute mon enfance.

9.27 (925 votes)

- C’est coquet chez toi !
- J’ai un goût de chiottes… C’est pour ça que tu me plais !

9.26 (638 votes)

Et là, ça était le pire. Plus rien, plus rien pendant 10 ans, plus rien pendant 3652 jours et 3653 nuits. Fini le jeu, les jeux, le piment de mon existence. J’ai erré dans ma vie comme quand on erre dans une tragédie de Racine. Hermione version mec. Où suis-je ? Qu’ai-je fait ? Que dois-je faire encore ? Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ? Ah ne puis-je savoir si j’aime ou si je hais. Sophie m’a assassiné. Trucidé. Egorgé. Baisé. Enculé. Et tant d’autres rimes tarées. Et puis j’ai fini par y penser à l’imparfait. Me résoudre au bonheur fade de ma naissance. L’amour, la famille, le boulot, l’antenne parabolique. Du Racine j’vous dis.

9.24 (1432 votes)

Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s’en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.

9.24 (582 votes)

- Elle s’appelle Christelle, jolie non ?
- Non
- Et elle porte la même robe que toi y a 4 ans. C’est moi qui lui ai offerte. Tu te souviens de ce jour là où tu m’as dis que je serais jamais cap te faire du mal ? Cap. Cadeau. Comme ça on est quitte.
- Tu nous présentes maintenant ?
- Christelle Sophie. Sophie Christelle. Ma futur. Mon passé.

9.23 (1069 votes)

Garde-le ton petit sourire de merde, j’en veux pas. C’est tout ce que tu sais donner, toi… Des petits sourires pour embrouiller les gens… Garde-le va, garde-le. Tu finiras toute seule dans ton donjon avec tes crayons de couleur et ce sera bien fait pour ta gueule. Moi, je sens que je fatigue, là… Le ver de terre amoureux d’une étoile, ça va un moment…

9.22 (143 votes)

- Sophie ?
- Tu dois confondre, moi c’est sale polack !
[Julien lui donne sa belle boîte]
- Tu me la prêteras de temps en temps ?
- Tu donnes et tu reprends. Si tu la veux vraiment, prouve-le moi ! Cap ou pas cap ?

9.2 (556 votes)

- Mais j’suis bien avec toi…
- Mais moi aussi j’suis bien avec toi… J’suis même très bien, mais j’en ai rien à foutre que tu sois bien avec moi. J’veux qu’tu sois avec moi.

9.19 (395 votes)

Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001. Mieux que le déhanché d’Emma Peel, Marilyn, la schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d’Abbey Road, les CD d’Hendrix, qu’le p’tit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space-Mountain, la ronde du Père-Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï-Lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave-party les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Rimbaud, Morisson et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie…

9.17 (8505 votes)

Crac ! C’est comme ça qu’on prend de mauvaises habitudes. J’vous parle pas de casser des tasses, ça c’est plutôt sympa. Sophie et moi avions bien dormi dix ans ans cette nuit la. Et au matin, les choses sérieuses ont commencé. Eh oui, au matin les choses sérieuses ont commencé.

9.16 (370 votes)

Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver.

9.13 (1048 votes)

- Je pars en Angleterre. J’ai mon chef qui m’a trouvé une très bonne place là-bas. Je vais pouvoir améliorer mon Anglais !
- Tu pars quand ?
- Demain.
- Bah je croyais que t’en avais marre de bosser pour les autres !
- Bah j’en ai toujours marre mais pas vraiment le choix.
- Bah et le restaurant des voyageurs ? Il prend sa retraite et il t’a dit qu’il était d’accord pour faire crédit.
- Eh ben je ferai ça quand je reviendrai.
- Bah il l’aura peut-être vendu d’ici là…
- Camille pourquoi tu dis pas tout simplement : « J’ai pas envie que tu partes » ? C’est si dur à dire comme phrase ça ?
- J’ai… J’ai pas… J’ai peur de toi, j’ai peur de moi, j’ai peur de tout.

9.13 (117 votes)

Attendez chef la parce que j’suis en train d’essayer d’emballer une fille très intelligente et c’est pas facile. Ça prend plus de temps. Ouais. Ouais mais je m’en occuperai. Laisser tomber avec la fille ? Ouais, ouais j’crois qu’vous avez raison.

9.12 (92 votes)

Une femme,
deux enfants,
trois potes,
quatre crédits,
cinq semaines de vacance,
six ans dans la même boite,
sept fois mon poids en matériel hifi,
huit coïts conjugaux par trimestre,
neuf fois le tour de la terre en emballages plastiques couvert de polystyrène et autre packaging alimentaire non biodégradable,
et dix ans sans voir mon père.
Le bonheur, la panoplie du parfait tyran dont j’avais rêvé toute mon enfance.

9.12 (536 votes)

- Il est quelle heure ?
- L’heure de mon exam !
- Exam de quoi ?
- De maths.
- Tu l’auras pas.

9.08 (336 votes)

- En fait tu te donnes des airs comme ça mais t’es un gentil !
- Ta gueule !

9.04 (229 votes)

- C’était parti ! Je crois que c’est comme ça, que ça a vraiment commencé.
[Julien monte dans le bus et enlève le frein]
- Cap !

9.03 (360 votes)

- C’était parti ! Je crois que c’est comme ça, que ça a vraiment commencé.
[Julien monte dans le bus et enlève le frein]
- Cap !

9.03 (360 votes)

- Ça fait des années que j’attends de t’en parler.
- Me parler de quoi ?
- De moi.
- De toi ! Mais t’as jamais parlé d’autre chose que de toi !
- Bon ben alors disons de mon cœur. [il lui prend la main] Sophie je suis amoureux.
- T’es amoureux ? Comme ça ?
- Non pas comme ça non. Ça fait des années… des années de silence. Je voudrais me marier. D’accord ?
- Tu me demandes quoi là ? Si je suis cap ? Tu te souviens je t’avais demandé de dire non si tu te mariais t’avais dis cap.
- Et aujourd’hui tu dis quoi ?
- Tu veux vraiment te marier ?
- Mais j’ai besoin de toi pour ça.
- Ça c’est sur, se marier ça se fait pas tout seul !
- [Il lui donne les alliances] Je te les confies et tu les gardes jusqu’au jour de la cérémonie.
- Écoute c’est…
- D’acoord ?
- Oui.
- [Il se lève] Elle est d’accord [Tous les gens du restaurant applaudissent]. Tu va être le témoin à mon mariage. Merci Sophie.

9.02 (687 votes)

Les amis c’est comme les lunettes, ça donne l’air intelligent, mais ça se raye facilement et puis, ça fatigue. Heureusement, des fois on tombe sur des lunettes vraiment cool ! Moi, j’ai Sophie.

8.99 (2928 votes)

Cap ou pas cap de m’aimer ?

8.93 (140 votes)

- Moi c’est Julien.
- Et moi c’est, va te faire mettre !

8.89 (729 votes)

Quelle garce, quelle magnifique garce ! Dans le genre copine on n’a pas fait mieux. Avouez elle est pas superbe comme ça ? Toujours prête à crever, écrabouillée sous un train.

8.84 (111 votes)

Le narrateur : La règle du jeu n’a pas changé, quand nous étions gamins ce qu’on pouvait appeler taquinerie, s’appelait maintenant perversion. Vous savez ce que c’est la perversion ? C’est qu’une affaire de goût, comme la bouffe chinoise, on aime ou on aime pas. N’empêche que quand on est chinois on a pas le choix.
[Julien s’assoit à côté d’une fille, qui est en train de réviser, pendant que Sophie passe son oral de maths]
Julien : Moi, c’est Julien.
Aurélie : Et moi c’est vas te faire mettre.
Julien : Fonctions vectorielles. Alors V1 par V2 est égal au produit de leur deux modules, multiplié par le cosinus de l’angle que forment leurs deux corps.
Aurélie : Hmm, tu m’as l’air calé en fonctions vectorielles. Dis-moi si j’me trompe… Ton vecteur est défini par une origine, et surtout une grandeur orientée dans un espace vectoriel.
Julien : Certains espaces vectoriels, sont plus attirants que d’autres.
Aurélie : Tu crois que tu pourrais approfondir la théorie avec moi ?
Julien : Ça pourrait être exponentiel…
Aurélie : Tu révises tout seul d’habitude ? [Acquiescement de Julien] On t’a jamais dit que ça rend sourd ?

8.83 (358 votes)