Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1966

- En tout cas, ils peuvent me tuer, je ne parlerai pas.
- Mais moi non plus ! Ils peuvent vous tuer, je ne parlerai pas !
- Ah, je savais qu’on pouvait compter sur vous.

#1
9.31 (192 votes)

Quand on tire, on raconte pas sa vie.


- Le monde se divise en deux mon ami, ceux qui ont la corde au cou et ceux qui la leur coupe… Oui seulement celui qu’a la corde cou c’est moi, moi je risque gros, c’est pourquoi la prochaine fois j’veux plus de la moitié !
- Mmhhh, oui tu as la corde au cou, mais moi je tire, et si tu me rogne mon pourcentage - cigare ? - qui sait, il peut arriver qu’je rate mon coup mmhh ?

#3
9.24 (108 votes)

- Dis donc toi, tu sais que tu as la tête de quelqu’un qui vaut 2000 dollars !
- Oui… Mais toi tu n’as pas la tête de celui qui les encaissera.

#4
9.21 (319 votes)

- Blondin, c’est une farce ?
- C’est pas une farce, c’est une corde.

#5
9.14 (153 votes)

Tu vois, le monde se divise en deux catégories, ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi tu creuses.


- Tu, tu veux rigoler, hein Blondin, tu veux me faire une farce avoue le hein ?!
- Ça c’est pas une farce c’est une corde. Dépêche-toi de passer ta tête là-dedans Tuco.

#7
8.99 (69 votes)

- You come with me to pick up Peter.
- Nan, you, you come with me to pick Mac Hintosh.
- No, you.
- I beg your pardon but I don’t understand.
- And if you don’t come, I… I… Oh merde alors comment on dit !
- Mais comment ça « merde alors » ! But alors you are french !
- You are not english ?

#8
8.96 (67 votes)

- If I go to the turkish bath, I risk, I risk énormément !
- Yes.
- but if you, you go out, si vous sortez, the germans, les Allemands, ils sont là, ils vont vous attrapez…. vous allez parler. Et moi, I risk encore plus !
- Yes.
- Donc I risk on the deux tableaux !

#9
8.89 (53 votes)

- Évidemment, c’est pas des chaussures pour la marche que vous avez là.
- Puisque vous me le proposez si gentiment, j’accepte.
- Quoi ?
- Que vous me prêtiez vos souliers.
- Bah, vous chaussez du combien ?
- C’est du comme vous.

#10
8.86 (34 votes)

Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.

#11
8.85 (68 votes)

- Bah, Vous chaussez du combien ?
- C’est du comme vous.
- Ah bon ? Ça tombe bien.

#12
8.81 (74 votes)

You see, in this world, there is two kinds of people, my friend: those with loaded guns and those who dig. You dig.


Si on travaille pour gagner sa vie, pourquoi se tuer au travail ?

#14
8.71 (60 votes)

- Y a pas d’hélice hélas.
- C’est là qu’est l’os !

#15
8.67 (73 votes)

C’est lourd nom de Dieu… oh pardon ma sœur !

#16
8.65 (27 votes)

Mais si tu manques la corde, ne manques pas le pendu. Celui qui me fait une entourloupette et me laisse la vie sauve, c’est qu’il a rien compris au Senor Tuco, non rien… Hahahaha !

#17
8.52 (51 votes)

- Are you ?
- You are ?

#18
8.52 (44 votes)

- Combien t’a-t-il payé pour m’abattre ?
- Pas loin de mille dollars…
- Tiens, en voilà deux mille pour toi.
- Deux mille dollars… La moitié en or ! Plutôt intéressant. Mais… L’ennui, c’est que j’finis toujours l’travail pour l’quel on m’paie…

#19
8.42 (47 votes)

When you have to shoot, shoot, don’t talk.


Haut de page