Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1971

Oh! oh! oh! Si ce n’est pas ce gros sac tout poicreux de Billy Boy empoisonné ? Que racontes-tu, grosse outre pleine de mauvaises huiles à mauvaises frites, graillon puant ? Viens t’en prendre un dans les camouilles, s’il te reste des camouilles, frise d’eunuque en gélatine !

#1
9.14 (141 votes)

Je retourne en Espagne, le roi répudie la reine, la vieille épouse le perroquet, César devient roi, j’épouse César et je deviens reine !

#2
9 (50 votes)

Que dire d’une fille de vingt-cinq ans, quand elle est morte ? Qu’elle était belle et terriblement intelligente. Qu’elle aimait Bach, Mozart et les Beatles, et moi.


Il y avait moi, c’est à dire Alex et mes trois droogies, c’est à dire Pete, Georgie et Dim. Nous étions installés au Korova Milk Bar à nous creuser le rassoudok pour savoir où passer la soirée. Au Korova on sert du Lait plus, lait plus velocet ou Synthemesc ou Drinkrom. Nous, on en était au Drinkrom, ça vous affute l’esprit et sa vous met en train pour une bonne petite fête d’ultra violence.

#4
8.8 (123 votes)

Aimer c’est ne jamais avoir à dire qu’on est désolé.

#5
8.75 (54 votes)

Mon senorrr, il est l’orrr, l’orrr de se réveiller !

#6
8.72 (37 votes)

- Coquine, coquine, coquine ! Vieille saleté de Soumka !
- Saleté de quoi ? Enfant de putain !

#7
8.7 (59 votes)

C’est du coté de l’ancien casino en ruines qu’on est tombés sur Billy Boy et ses quatre droogs. Il se mettaient en train pour s’offrir une séance de ça-va-ça-vient avec une pauvre petite devotchka fraîche levée.

#8
8.66 (72 votes)

Je sais ce que tu penses : « C’est six fois qu’il a tiré ou c’est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j’ai pas très bien compté non plus. Mais c’est un Magnum .44, le plus puissant soufflant qu’il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu’une question : « Est-ce que je tente ma chance ? ». Vas-y, tu la tentes ou pas ?


- Lorsque je vois un adulte du sexe masculin courir derrière une femelle avec l’intention évidente de la violer, je le descends avant, c’est ma politique.
- L’intention ? Elle restait à établir.
- Quand un gars à poil court derrière une fille la queue en l’air avec un couteau de boucher à la main, c’est drôle, j’ai peine à croire qu’il est en train de quêter pour la croix rouge.

#10 8.57 (53 votes)

- Suis-je suffisamment clair, oui ?
- Comme un lac de montagne monsieur. Aussi clair d’un ciel d’azur au milieu de l’été !

#11
8.48 (56 votes)

Love means never having to say you’re sorry.

#12
8.43 (41 votes)

J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air…

#13
8.33 (50 votes)

Ô extase… extase divine… c’était splendeur et splendosité fait de chair. C’était comme un oiseau tissé en fil de paradis. Comme un nectar argenté coulant dans une cabine spatiale, et la pesanteur devenue une simple plaisanterie… Tout en slouchant, je voyais des images exquises !

#14
8.21 (46 votes)

Le ministre : Pour quel crime êtes vous détenu ?
Alex : Pour le décès accidentel d’une personne Monsieur !
Un gardien de prison : Pour meurtre avec violence d’une pauvre femme, plus vol avec effraction, il en a pour 14 ans Monsieur !
Le ministre : Excellent ! Il est entreprenant, agressif, excessif, jeune, insolent, vicieux… l’idéal !

#15
8.1 (32 votes)

What can you say about a twenty-five year old girl who died? That she was beautiful and brilliant. That she loved Mozart and Bach. The Beatles. And me.


Tout en longeant avec eux la Marina, j’étais calme en apparence mais je réfléchissais ferme. Donc, à présent, c’était Georgie le Général… C’était lui qui nous disait quoi faire et quoi ne pas faire ; avec ce benêt ricaneur de Dim comme bulldog… Et brusquement j’ai miris que réfléchir s’est bon pour les gens gloupides et qu’un malin puise dans son inspiration et dans ce que le vieux lui envoie. Justement, une musique divine venait à ma rescousse. Par une fenêtre ouverte la stéréo me parvenait et j’ai soudain miris mon plan d’action…

#17
7.89 (28 votes)

Nom de dieu je sais très bien comment c’est la révolution ! C’est les gens qui savent lire dans les livres qui vont voir ceux qui savent pas, et les voilà qui disent le moment est venu de changer tout ça ! Ils expliquent aux pauvres bougres, qui eux font le changement. Après, les plus malins de ceux qui savent lire dans les livres s’assoient autour d’une table pour bouffer et blablater, pendant que c’est les pauvres bougres qui crèvent. Et qu’est-ce qui arrive quand c’est fini ? Rien, tout recommence comme avant.

#18
7.83 (36 votes)

Un pour tous, chacun pour soi !

#19
7.83 (13 votes)

Mais qu’est ce que je vais devenir ? Je suis ministre, je ne sais rien faire !

#20
7.71 (25 votes)

Haut de page