Kaakook
connexion inscription

Acteur / Actrice - Alexandre Astier

Alexandre Astier joue dans :


Répliques de Alexandre Astier (29)

Caius : Hé les connards ! Vous pouvez faire griller un porcelet s’il vous plaît ?
Arthur : Les connards ?
Léodagan : S’il vous plaît ?

9.36 (271 votes)

- Nouvelle technique : on passe pour des cons, les autres se marrent, et on frappe. C’est nouveau.
- Et les autres font ça aussi ?
- Ah non, ça c’est que nous. Parce qu’il faut être capable de passer pour des cons en un temps record. Ah non, là-dessus on a une avance considérable.

9.32 (359 votes)

- Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non… Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel.
- Bon ben je vais voir ce que je peux faire.

9.29 (145 votes)

- C’est vrai que vous êtes le fils d’un démon et d’une pucelle ?
- Oui pourquoi ?
- Vous avez plus pris de la pucelle…

9.28 (297 votes)

- Et ils avaient des éléphants ?
- Des éléphants ?! Non non, mais ils avaient des chevaux tout gris, tout chelous avec la queue au milieu du visage !
- Ah oui, des éléphants…

9.28 (254 votes)

Eh bien, c’est l’histoire d’un petit ourson qui s’appelle… Arthur. Et y’a une fée, un jour, qui vient voir le petit ourson et qui lui dit : « Arthur tu vas partir à la recherche du Vase Magique ». Et elle lui donne une épée hmm… magique (ouais, parce qu’y a plein de trucs magiques dans l’histoire, bref) alors le petit ourson il se dit : « Heu, chercher le Vase Magique ça doit être drôlement difficile, alors il faut que je parte dans la forêt pour trouver des amis pour m’aider ». Alors il va voir son ami Lancelot… le cerf (parce que le cerf c’est majestueux comme ça), heu, Bohort le faisan et puis Léodagan… heu… l’ours, ouais c’est un ours aussi, c’est pas tout à fait le même ours mais bon. Donc Léodagan qui est le père de la femme du petit ourson, qui s’appelle Guenièvre la truite… non, non, parce que c’est la fille de… non c’est un ours aussi puisque c’est la fille de l’autre ours, non parce qu’après ça fait des machins mixtes, en fait un ours et une truite… non en fait ça va pas. Bref, sinon y’a Gauvain le neveu du petit ourson qui est le fils de sa sœur Anna, qui est restée à Tintagel avec sa mère Igerne la… bah non, ouais du coup je suis obligé de foutre des ours de partout sinon on pige plus rien dans la famille… Donc c’est des ours, en gros, enfin bref… Ils sont tous là et donc Petit Ourson il part avec sa troupe à la recherche du Vase Magique. Mais il le trouve pas, il le trouve pas parce qu’en fait pour la plupart d’entre eux c’est… c’est des nazes : ils sont hyper mous, ils sont bêtes, en plus y’en a qu’ont la trouille. Donc il décide de les faire bruler dans une grange pour s’en débarrasser… Donc la fée revient pour lui dire : « Attention petit ourson, il faut être gentil avec ses amis de la forêt » quand même c’est vrai, et du coup Petit Ourson il lui met un taquet dans la tête à la fée, comme ça : « BAH ! ». Alors la fée elle est comme ça et elle s’en va… et voilà et en fait il trouve pas le vase. En fait il est… il trouve pas… et Petit Ourson il fait de la dépression et tout les jours il se demande s’il va se tuer ou… pas…

9.2 (426 votes)

Vous croyez vraiment que vous avez les moyens de me convoquer ? Je suis là parce j’veux bien et si vous m’avez fait venir pour rien, j’vous balance 15 jours dans une geôle sans boire ni bouffer et j’me démerde pour que vous chopiez le typhus !

9.13 (70 votes)

- Mais je vous en prie, éclairez-moi de vos lumières, puisque vous êtes soudainement devenu un expert en beau langage…
- Pas besoin de devenir un expert, s’il vous plaît ! « Le vent, pareil à l’enfance, se joue de l’arbre moqueur… » ?
- Oui, et ben ?
- Eh ben c’est nul. Nul, nul, nul, zéro. « L’arbre moqueur », déjà ; ils peuvent pas s’empêcher de foutre des épithètes à tout ce qui bouge, ces poètes, même à ce qui bouge pas ! « La fleur goguenarde », « L’abeille malicieuse », « Le roseau pliable », « L’ourson rabat-joie ». Et même, des fois, ils le mettent avant le mot, comme ça, ça fait genre : « Le gai souriceau », « Le prompt madrigal », « La frisottée moustache ». [Il lève les yeux au ciel]
- Je trouve révoltant de votre part de mettre systématiquement tout en œuvre pour me décourager !
- Non, mais enfin vous allez pas me dire que c’est pas des conneries ! Est-ce que je vous dis, moi, « Passez-moi la blanche sauce » ? Non ! Est-ce que je vous dis : « Tiens c’est bon, ça, qu’est-ce qu’il y a dedans ? De la hachée viande et des secs raisins ? » ?
- Mais vous ne comprenez rien à rien… C’est une licence poétique !
- Non, non, non, non, je suis désolé, il y a trop de clampins qui se disent poètes qui sortent la licence poétique dès qu’ils pondent trois merdes que personne comprend !

9.07 (130 votes)

Arthur : Mais c’est pas compliqué, bon Dieu ! Y a Calogrenant à droite, Léodagan à gauche, et nous on arrive par le milieu !
Lancelot : C’est bon jusque là ?
Perceval : Attendez, moi, si je me souviens bien du coin, il y a la rivière qui passe en travers !
Arthur : Ah, mais merde avec votre rivière !
Perceval : C’est un point de repère comme un autre !
Lancelot : Mais bon Dieu, il y a pas besoin de point de repère puisque les envahisseurs vont nous attaquer de face !
Perceval : De face, ça va ! C’est le reste qui va pas !
Arthur : Mais quoi, nom d’un chien !?
Perceval : Ben la gauche, la droite, là ! Moi j’aime pas ces trucs !
Lancelot : Mais qu’est ce que vous aimez pas ?
Perceval : Ces conneries de gauche et de droite ! Ça veut rien dire ces machins ! Selon comme on est tourné ça change tout !
Arthur : Mais qu’est ce que vous nous chantez ?
Perceval : Moi j’estime que quand on parle tactique militaire, il faut employer des termes précis !
Lancelot : Ben oui, effectivement, ça peut prêter à confusion…
Arthur : Non mais attendez, nous c’est pour vous qu’on dit gauche et droite ! C’est pour pas vous embrouiller !
Perceval : Si, ça m’embrouille !
Lancelot : Ah bon ? On peut parler normalement alors ?
Perceval : Professionnel !
Arthur : Bon, ben alors, OK, on reprend depuis le début ; donc, Calogrenant est posté depuis hier soir au Nord-Est de la zone d’attaque…
Lancelot : … Léodagan, Sud-Sud-Est, un peu plus en retrait avec ses cavaliers…
Perceval : Moi j’aime pas ces histoires de Sud-Est, Nord-Ouest, et tous ces machins !
Arthur : Quoi, qu’est ce qu’il y a qui va pas encore ?!
Perceval : C’est un coup à se planter ça ! De toutes façons, on dit le Nord ! Selon comme on est tourné ça change tout !

9.07 (140 votes)

- Aller on commence !
- Bah il y a pas tout le monde…
- Comment ça il y a pas tout le monde ? Vous voyez bien que si !
- Mais il y a pas Lancelot…
- Vous voyez un fauteuil vide ?
- Non.
- Donc qu’est ce que vous en déduisez ?
- Bah qu’en plus de l’attendre il faut lui trouver un fauteuil.

9.05 (85 votes)

- Et va falloir vous y faire parce qu’à partir de maintenant, on va s’appeler « Les Chevaliers de la Table Ronde » !
- Ben heureusement qu’on s’est pas fait construire un buffet à vaisselle !

9.03 (134 votes)

- Alors le chevalier il crie au romain : « Hey ! Vous vous prenez pour le Colisée ! »
- Oh la vache mais c’est nul !

8.85 (112 votes)

- Bon, on ne va pas vous faire de mal, on veut juste, on veut juste savoir qui vous êtes.
- …
- Ouais bon parlez parce que ça pourrait mal ce passer.
- J’suis Araignée Man le gardien du bunker.
- Pourquoi vous vous êtes pas présenté qu’on on est arrivé ?
- Parce que !
- Parce que quoi ?
- Parce que merde.
- D’accord.
- Quand on rentre chez les gens, on se présente c’était pas à moi de venir.
- Bah pardon.
- Connard…
- Comment ?
- J’ai rien dit.
- Détachez-le. [] Voilà donc maintenant qu’on ce connaît un peu. [Araignée Man tape John] Non mais ça va pas ou quoi ?
- Pardon. Excusez-moi.
- Vous êtes tarés ou quoi ?
- Oh ça va oh là là oh oh. Je vais pas m’excuser 10 fois non plus, je l’ai pas fait exprès.
- Bon euh qu’on ce connaît un peu mieux maintenant euh est-ce que vous pouvez nous aider un peu à comprendre comment ça marche tout ça.
- C’est à dire ?
- On a des problèmes avec l’ordinateur par exemple…
- Tu pues connard.
- Non mais ça va maintenant.
- Ça va ça va ça va ça va pardon.
- Vous pouvez nous aider ou pas ?
- Non, moi j’suis super-héros pas informaticien.
- C’est quoi votre pouvoir d’ailleurs ?
- Qu’est-ce que ça peut foutre ?
- Comment ?
- J’ai rien dit.
- C’est quoi votre pouvoir avant que je m’énerve.
- J’suis Araignée Man quoi il faut vous faire un dessin quoi.
- Vous tissez des machins ?
- Oh ben non tout de suite l’autre.
- Vous faîtes quoi alors ?
- J’fait quoi, j’suis… j’suis méchant quoi.
- Vous êtes méchant ?
- Hum.
- Et le rapport avec l’araignée ?
- C’est hyper méchant une araignée.
- Ah bon ?
- Ah carrément.
- C’est quand même super subjectif. [Araignée Man re-tape John] NON MAIS MERDE !
- Pardon, je m’étirais.
- Vous allez vous calmer.
[Araignée Man crache sur John]

8.81 (32 votes)

Je te rappelle que t’es son modèle sur terre. Alors si elle commence à te suivre sur la route du cul…

8.71 (106 votes)

- De quoi je vous avais traité l’autre jour prés de la rivière ?
- D’un gros connard.
- Voilà, d’un gros connard, et vous êtes toujours là !

8.62 (84 votes)

Dieu ! Depuis qu’vous êtes arrivé - ça fait quoi, ça fait deux-trois ans à peu près, enfin j’veux dire deux-trois ans que le truc a bien pris, quoi, qu’les gens en parlent, tout ça - moi j’fais tout c’que j’peux pour mettre les gars au pas. La quête du Graal, le côté symbolique, la lumière, la salvation tout ça j’crois qu’c’est bien rentré. Parce que c’était pas gagné quand même. Moi les mectons d’la Table Ronde c’est pas des flèches, vous êtes au courant d’ça. Quand j’leur parle du Graal, eux ils cherchent un vase, et c’est marre. Si j’commence à m’lancer dans des explications comme quoi c’est pas l’objet qui est important mais le côté symbolique, le sang d’vot’fils, la vie éternelle alors là, les gars y me regardent avec des billes comme ça et puis y décrochent, ah hein, rideau ! Alors j’crois que c’qu’y s’rait pas mal, si on veut faire un peu avancer l’histoire, voyez, ça s’rait de faire péter un signe, mais un truc commak, hein. Parce que la Dame du Lac c’est bien gentil, mais euh, comme y a que moi qui peux la voir c’est pas très encourageant pour les autres. Non au contraire, quand y m’voient causer tout seul, y s’demandent si j’ai pas carrément tourné la carte. Alors voilà, faites c’que vous pouvez, quoi. J’compte sur vous. Donc euh… amen… enfin euh… deo gratias j’sais pu quoi… j’suis désolé j’ai pas eu le temps de potasser les formules.

8.24 (64 votes)

C’est qu’on fait pas d’omelette euh… on fait pas d’omelette ! … Pis dans le sport on a pas trop le temps d’faire la bouffe déjà…

8.19 (62 votes)

Arthur : Des pommes, toujours des pommes, c’est à se demander…
Léodagan : Il en tombe quinze à terre chaque fois que quelqu’un tousse.
Ygerne : Quel est ce culte étrange qu’aux pommiers vous vouez ?
Guethenoc : Mais, est-ce ma faute à moi, s’il n’y a que ça qui pousse ?

8.06 (57 votes)

- Des chefs de guerre, y en a de toutes sortes : des bons, des mauvais. Des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un exceptionnel. Un héro, une légende… Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu’ils ont tous en commun, tu sais ce que s’est leur pouvoir secret ?
- Non.
- Ils ne se battent que pour la dignité des faibles.

7.93 (19 votes)

- Qu’est ce que vous glandez là hein ?!
- Nan sir faites pas le con.
- Nan mais je fais pas le con ! Je dératise, je désinfecte !
- J’peux plus respirer.
- Ah c’est bien possible j’peux pas vous dire de là ou je suis j’me rend pas compte.
- Mais qu’est ce que j’ai fait ?!
- Qu’est ce que vous avez fait ? Bah c’est compliqué… Parce que surtout c’est un tout… Vous êtes né… déjà ! Alors ça c’est pas bien jojo ! Et puis moi c’est plus possible parce que ça fait 70 fois que j’vous dis d’vous barrer du château et vous êtes toujours là.
- Nan c’est pas vrai, c’est pas vrai des fois j’suis pas là.
- Mais quand j’vous vire d’une piaule vous aller dans une autre, quand j’vous vire de l’autre vous revenez dans la première et quand j’vous vire des deux vous trouvez le moyen de pirater un cagibis.

7.56 (31 votes)

Me réveiller à c’t’heure-là ! Vous voulez mon pied au cul ?

7.32 (31 votes)

Arthur : Donc, voici une catapulte. Comme vous pouvez le constater, et à la différence de certaines autres armes de jet, celle ci est munie de roulettes, ce qui la classe dans la catégorie des armes []
Perceval : À ROULETTES ! Houlaa… Je l’ai un peut trop gueulé ça, non ? À roulettes.
Arthur : … La classe dans la catégorie des armes mobiles.
Perceval : À roulettes mobiles ?
Yvain : Mon oncle, doit-on en conclure que la catapulte n’appartient pas à la catégorie des armes de jet à roulettes fixes ?
Gauvain : Ouais, c’est comme le poney par rapport au cheval.
Yvain : Ah non attention non, là je suis pas sûr…
Perceval : Mais c’est de là que ça vient quand on dit euh « ça va comme sur des roulettes ». En fait ça veut dire que le mec il peut balancer un morceau de rocher comme une catapulte, et il continu quand même d’avancer de façon mobile.
Arthur : Le prochain qui l’ouvre, je l’envoie aux galères pendant trois ans. Sans déconner, je le fais.

6.98 (33 votes)

Ah, le printemps ! La nature se réveille, les oiseaux reviennent, on crame des mecs.

6.67 (20 votes)

- Ça vieillit mal les héros…
- Ouais, enfin les connards aussi, ça vieillit mal !

6.33 (20 votes)

Vous, vous devriez arrêter de sourire. J’vous promets ; ça devient vraiment malsain.

6.21 (19 votes)

J’ai connu des cafards moins opiniâtres que vous !

6.15 (3 votes)

Y a pas à dire, dès qu’il y a du dessert, le repas est tout de suite plus chaleureux !

5.94 (22 votes)

Le Burgonde : GUERRE.
Bohort : Vous êtes sur qu’il ne sait pas ce qu’il dit ?
Arthur : Mais oui, ça aurait pu être « salsifis » il l’aurait crié tout pareil.
Le Burgonde : SALSIFIS.

5.38 (3 votes)

Au bout d’un moment je suis chef de guerre moi, je suis pas là pour secouer des drapeaux et jouer de la trompette !

5 (18 votes)