Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1996

On se shooterait à la vitamine C si cela avait été illégal...

#1
9.26 (192 votes)

Pourquoi j’avais fait ça ? J’avais des tas d’explications, toutes fausses. La vérité c’est que je suis un sale type, et ça va changer, je vais changer, tout ça est bien fini, désormais je suis clean, j’avance dans le droit chemin, je choisis la vie. J’en jubile à l’avance. Je vais devenir comme vous... Le boulot, la famille, la super-téloch, la machine à laver, la bagnole, la platine laser et l’ouvre boite électrique, la santé, le cholestérol, une bonne mutuelle, les traites, la baraque, le survet, les valises, mes costards 3 pièces, le bricolage, les jeux-télés, le Mc Do, les mômes, les balades en forêt, le golf, laver la voiture, tout un choix de pulls, les Noëls en famille, les plans d’épargne, les abattements fiscaux, déboucher l’évier, s’en sortir, voir venir... le jour de sa mort...

#2
9.25 (229 votes)

Ô Roméo ! Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ? Renie ton père et abdique ton nom ; ou, si tu ne le veux pas, jure de m’aimer, et je ne serai plus une Capulet.

#3
9.2 (354 votes)

Ici je veux fixer mon éternel demeure, et soustraire au joug d’adverses étoiles cette chaire lasse du monde. Mes yeux un dernier regard, Mes bras un dernier baiser, vos lèvres portes de l’âme humaine scellées d’un baiser légitime votre éternel pacte avec le sépulcre.

#4
9.2 (241 votes)

Il aimait la mort, elle aimait la vie, il vivait pour elle, et elle est morte pour lui.

#5
9.2 (240 votes)

Je rêve de vastes chiotes, impeccablement entretenues, avec des robinets plaqués or, du marbre blanc immaculé, un siège en ébène, une cuvette pleine de Channel nº5. Et un larbin qui me tend un rouleau de PQ en soie sauvage, mais vu l’urgence, j’irais n’importe où.

#6
9.18 (234 votes)

Mon unique amour a jailli de mon unique haine, je l’ai connu trop tard et vu trop tôt sans le connaître vraiment, prodigieux amour auquel je viens de naître qui m’impose d’aimer un ennemi détesté.

#7
9.17 (410 votes)

Si l’amour est dur avec toi, sois dur avec lui ; perce l’amour qui te perce et possède le.

#8
9.16 (310 votes)

J’ai le manteaux de la nuit pour me dérober à leurs yeux, mais si tu ne m’aime pas laisse les me trouver ici. Mieux vaut perdre la vie par leur haine que d’attendre la mort sans être aimé de toi.

#9
9.14 (305 votes)

Mon unique amour a jailli de mon unique haine.

#10
9.07 (183 votes)

Ainsi... Sur un baiser... Je meurs...

#11
9.07 (248 votes)

La vie est rasoir et inutile. Au départ, on est plein de rêves extraordinaires et puis on se retrouve assis dessus. On se rend compte qu’on va tous y passer sans avoir vraiment trouvé les bonnes réponses. On prend au sérieux toutes les théories à cent litres de salive à l’heure et, en fait, c’est nos propre vies qu’ils nous servent mais sous d’autres formes. Et jamais ils nous ont musclés les pattes avec des trucs cohérents sur les vraies grandes choses. En deux mots, ta vie est courte, décevante et ensuite tu meurs. On occupe nos vies avec de la merde, comme les carrières et les relations, pour nous faire croire que tout n’est pas totalement inutile.

#12
9.07 (151 votes)

Si je ne dois plus penser à elle tu devras m’enseigner à ne plus penser...

#13
9.06 (460 votes)

Vous avez des souliers de bal et les pieds légers moi j’ai le cœur lourd.

#14
9.06 (75 votes)

Mon cœur jusqu’à présent a-il-aimé ?
Jurez que non, mes yeux,
Car jamais avant cette nuit je n’avais vu la vraie beauté.

#15
9.05 (294 votes)

Pourquoi cet amour querelleur, cette haine amoureuse, ce tout créé d’un rien, cette pesante légèreté, cette vanité sérieuse, cet innommable chaos des plus aimables formes...

#16
9.05 (264 votes)

Viens douce nuit,
Viens vite amoureuse au front noir,
Donne moi mon Roméo.
Et quand je mourrai que tu le prennes et l’éclates en petites étoiles,
Dès lors, il embellira tant le visage du ciel que tout l’univers sera amoureux de la nuit,
Et que nul ne pourra plus adorer l’aveuglant soleil.

#17
9.04 (219 votes)

T’as pas de blé tu peux pas te bourrer la gueule, t’en as tu picoles trop. T’as pas de meuf tu baises pas, t’en as une c’est la guerre.

#18
9 (50 votes)

Un chevalier obéit à des valeurs. Son cœur ne connait que la vertu, son épée défend les démunis, son bras protège les faibles, sa bouche méprise le mensonge, sa colère déjoue les tours du malin.

#19
9 (50 votes)

- Vous ne m’avez toujours pas dit votre nom.
- Ça vous avancerait à quoi de le savoir ?
- J’aimerais bien savoir qui je regarde.

#20
8.99 (69 votes)

Take the best orgasm you’ve ever had, multiply it by a thousand and you’re still nowhere near it!

#21
8.98 (78 votes)

Choisir la vie, choisir un boulot, choisir une carrière, choisir une famille, choisir une putain de télé à la con, choisir des machines à laver, des bagnoles, des platines laser, des ouvres boites électroniques.
Choisir la santé, un faible taux de cholestérol et une bonne mutuelle, choisir les prêts à taux fixes, choisir son petit pavillon, choisir ses amis.
Choisir son survet’ et le sac qui va avec, choisir son canapé avec les deux fauteuils, le tout à crédit avec un choix de tissu de merde, choisir de bricoler le dimanche matin en s’interrogeant sur le sens de sa vie choisir de s’affaler sur ce putain de canapé et se lobotomiser au jeux télé en se bourrant de McDo.
Choisir de pourrir à l’hospice et de finir en se pissant dessus dans la misère en réalisant qu’on fait honte aux enfants niqués de la tête qu’on a pondu pour qu’ils prennent le relais.
Choisir son avenir, choisir la vie.
Pourquoi je ferais une chose pareille ? J’ai choisi de pas choisir la vie, j’ai choisi autre chose. Les raisons ?
Y’a pas de raison. On n’a pas besoin de raison quand on a l’héroïne.

#22
8.97 (913 votes)

- Mais qui êtes vous ?
- La question n’est pas de savoir qui je suis, mais où je suis.

#23
8.96 (57 votes)

C’est la société qui est bien foutue, elle fout des uniformes aux cons pour qu’on les reconnaisse.

#24
8.9 (126 votes)

Le monde change. La musique change. Les drogues changent. Même les hommes et les femmes changent. Dans 1000 ans, il n’y aura ni mec, ni nana. Que des branleurs.

#25
8.9 (372 votes)

En ce moment, je fais toujours le même rêve. Je nage dans la Seine et tout d’un coup, j’avale un rat. Alors j’étouffe et pis je coule. En bas, y a des huîtres, elles m’attrappent les chevilles. Alors je vomis le rat sur les huîtres, le rat il attaque les huitres, je remonte à la surface, j’prends une péniche sur la tête et là, j’me réveille.

#26
8.85 (207 votes)

Sur les ailes légères de l’amour j’ai volé par dessus ces murs, des clôture de pierre ne sauraient barrer la route à l’amour.

#27
8.85 (164 votes)

T’as la rondeur d’un croissant au beurre.

#28
8.8 (40 votes)

Oh, j’ai pas pris un tel pied depuis le but d’Archi Gemmil en 78 contre la hollande !

#29
8.75 (46 votes)

Choose Life.

#30
8.75 (46 votes)

Prodigieux amour auquel je viens de naître qui m’impose d’aimer un être détesté.

#31
8.72 (107 votes)

Je m’en vais dans mes draps de belle toile, j’ai trop froid pour la belle étoile.

#32
8.71 (75 votes)

Je sens comme de la religion dans vos baisers.

#33
8.7 (113 votes)

Deux anciennes maisons réputées d’égale dignité dans la belle Verone, où se place notre scène, pour d’anciennes querelles de nouveau se mutilent. Le sang civil vient souiller le poing des citoyens. Or dans le sein fatal de ces deux ennemis, deux enfants amoureux sous des astres défavorables, s’éveillent à la vie. Leur malheureux effondrement dans le tombeau ensevelira la haine que leurs pères l’un pour l’autre conçoivent. Les terribles péripéties de leur funestes amours et l’effrayante assiduité de leur parents dans une querelle que rien hormis la mort de leur progéniture n’aura le pouvoir d’épuiser. Tel sera dans les deux prochaines heures, le spectacle de notre scène.

#34
8.68 (81 votes)

- Qu’y a-t-il au menu ?
- Votre plat préféré, votre table habituelle, Monsieur ?
- Volontiers.
- Monsieur souhaiterait payer d’avance ?
- Non rajouter-le à mon débit [...]
- Alors dans ce cas... Monsieur désire-t-il une petite entrée, je peux lui proposer des amuses gueules ?
- Nan, merci je pense que je pendrais directement une solution intraveineuse de drogue dure...
- Comme monsieur voudra...

#35
8.6 (47 votes)

Bien trop tôt je le crains : mon esprit appréhende
Une conséquence encore dans les étoiles
Et qui cruellement va commencer son cours
Avec cette fête nocturne, et mettra fin
À la méprisable vie que je porte en ma poitrine
Par quelque vil arrêt de mort prématurée.
Mais que celui qui tient le gouvernail de mon voyage
Dirige aussi la voile !

#36
8.59 (68 votes)

- Bah... Dis quelque chose !
- J’prépare un fix.

#37
8.59 (75 votes)

Parles sans retard, il me tarde à moi de mourir !

#38
8.57 (74 votes)

C’est pour les enfants que ça doit être terrible. Heureusement qu’ils n’en ont pas.

#39
8.57 (25 votes)

Maintenant, il n’est plus qu’une crotte de caniche dans un centre commercial. Moins, en fait.

#40
8.57 (32 votes)