Kaakook
connexion inscription

Top - Citations de films de l'année 2007

Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.

#1
9.42 (685 votes)

La mort est une journée qui mérite d’être vécue.

#2
9.38 (829 votes)

- Quoi ? Mais on ne peut pas ressentir tout ça !
- Si, mais toi tu as la capacité émotionnelle d’une petite cuillère.

#3
9.37 (995 votes)

Oui je sais ce que c’est d’avoir la sensation de ne pas exister jusqu’à ce qu’il te regarde, qu’il te touche la main, qu’il se moque de toi. Le but c’est que les autres voient que tu es avec lui… tu es à lui…

#4
9.37 (1097 votes)

- Vous êtes malade !
- Et j’en remercie le ciel parce que autrement je ne pourrais pas faire ça !

#5
9.37 (561 votes)

- Tu cherches quoi ?
- Mes couilles, elles étaient là il y a 2 minutes.

#6
9.37 (499 votes)

- Le traître n’est sûrement pas parmi nous.
- … Où est Will ?
- Pas parmi nous.

#7
9.37 (916 votes)

Pourtant on ne s’ennuie jamais car l’ennui vient quand on ne se regarde plus. Et on ne peut pas ne pas regarder un cheval, regarder l’autre. Regardez-le vraiment et jamais, jamais vous ne vous ennuierez. C’est ça le sentiment équestre et ça n’est rien d’autre que de l’amour.

#8
9.37 (117 votes)

PS : je t’aimerai toujours.

#9
9.36 (1251 votes)

- Je ne vois pas pourquoi tu ne veux pas le porter.
- Parce que j’ai l’air d’un idiot, voilà pourquoi.
- Pas plus que d’habitude.

#10
9.36 (564 votes)

Tu ne remarques rien ? Ou plutôt ne remarques-tu pas l’absence de ce que tu devrais remarquer ?

#11
9.36 (473 votes)

- Tu as toujours pris la fuite face au combat.
- C’est faux !
- Ce n’est pas faux !
- C’est faux !
- C’est vrai !
- C’est faux !
- C’est vrai !
- C’est faux !
- C’est vrai, et tu le sais très bien.
- C’est faux et c’est pure calomnie. Je n’ai fais que respecter la plus ancienne et la plus noble de nos traditions. Ma proposition est très simple, voilà ce qu’il faut que nous fassions tous : nous devons nous battre pour prendre la fuite.

#12
9.36 (318 votes)

Et ça va durer très longtemps, et tu sais pourquoi je l’sais ? Parce-que encore aujourd’hui, tous les matins au réveil, la toute première chose que j’veux c’est voir ton visage.

#13
9.36 (1010 votes)

Écoute ! Je n’aime pas faire la morale, mais je vais te donner un conseil qui te servira à jamais. Dans la vie tu rencontreras beaucoup de cons. S’ils te blessent, dis-toi que c’est la bêtise qui les pousse à te faire du mal. Ça t’évitera de répondre à leur méchanceté. Car il n’y a rien de pire au monde que l’amertume et la vengeance. Reste toujours digne et intègre à toi-même !

#14
9.35 (206 votes)

- Ça n’aurait jamais pu marcher entre nous, Jack !
- Vous aimeriez vous en convaincre.

#15
9.35 (377 votes)

- Cette fois on est égarés !
- Comment ça égarés ?!
- Oui, car il faut se perdre pour trouver l’introuvable, sinon tout le monde trouverai l’introuvable.

#16
9.35 (403 votes)

Pourquoi vous ne m’avez pas dit qu’elle mourait Anne Frank à la fin ? Si elle meurt je deviens quoi moi ?

#17
9.35 (83 votes)

On ne renonce jamais aux chevaux vous savez, ça fait dix mille ans que les humains tentent de dresser les chevaux. Chaque humain recommence avec chaque cheval, le même travail, la même aventure, difficile et périlleuse. Dix mille ans qu’on tombe, dix mille ans qu’on se relève, qu’on invente les voitures, qu’on invente les avions, et pourtant on continue à monter à cheval…

#18
9.35 (221 votes)

- C’est amusant de ne pas respecter… le règlement !
- Qui êtes-vous et qu’avez vous fait à Hermione Granger ?

#19
9.34 (477 votes)

- Tiens tu peux jeter mon chapeau si tu veux !
- Oh Merci Capitaine !
- Bon maintenant va me le chercher…

#20
9.34 (1038 votes)

Fusillez-le ! Coupez-lui la langue ! Fusillez sa langue ! Et coupez cette vilaine barbe !

#21
9.34 (295 votes)

Tu as été l’amour de ma vie mais moi je ne suis qu’un chapitre de la tienne.

#22
9.33 (2033 votes)

Écoutez moi ! Oui je t’ai menti. Non tu n’es pas mon genre. Bien sur que cette robe te boudine. Je suis jamais allé a Bruxelles. Ça se prononce irrévérencieux. Figure toi que non, j’ai jamais rencontré Pizzaro mais j’aime ses pizzas. Et tout cela n’a pas la moindre importance à coté du fait que mon navire c’est envolé une fois de plus ! Compris ?

#23
9.33 (484 votes)

On dit jamais rien pour rien, ça veut toujours dire quelque chose.

#24
9.33 (288 votes)

- J’ai pas envie de faire d’erreurs.
- Faut pas appartenir à l’espèce humaine alors, deviens canard.

#25
9.32 (1086 votes)

Ma poule ça c’est un canot. Mon vaisseau est magnifique et féroce et énorme et… et ailleurs. Pourquoi ailleurs ?

#26
9.32 (330 votes)

Deux ans à parcourir le globe. Sans téléphone, sans compagnie, sans animaux, sans cigarettes. La liberté suprême. Un extrémiste, un voyageur esthète, dont le seul domicile est la route. Et maintenant, après deux années chaotiques, c’est le moment de l’aventure ultime la plus extraordinaire. Le combat capital pour tuer l’être factice terré au plus profond, et mener à son terme la révolution spirituelle. Pour ne plus se laisser contaminer pas la civilisation, il fuit, et il marche seul, pour revenir à l’état sauvage.

#27
9.32 (373 votes)

À bien des égards, la tâche du critique est aisée. Nous ne risquons pas grand-choses, et pourtant, nous jouissons d ’une position de supériorité par rapport à ceux qui se soumettent avec leur travail, à notre jugement. Nous nous épanouissons dans la critique négative plaisante à écrire et à lire. Mais l’amère vérité, qu’il nous faut bien regarder en face, c’est que dans le grand ordre des choses, le mets le plus médiocre a sans doute plus de valeur que la critique qui le dénonce comme tel. Il est pourtant des circonstances où le critique prend un vrai risque : c’est lorsqu’il découvre et défend l’innovation. Le monde est souvent malveillant à l’encontre des nouveaux talents et de la création. Le nouveau a besoin d’amis. Hier soir, j’ai vécu une expérience inédite. J’ai dégusté un plat extraordinaire d’une origine singulière s’il en est. Avancer que son plat et son créateur ont radicalement changés l’idée que je faisait de la grande cuisine serait peu dire. Ils m’ont bouleversé au plus profond de mon être. Je n’ai jamais fais mystère du mépris que m’inspirait la devise d’Auguste Gusteau : « Tout le monde peut cuisiner ».
Mais ce n’est qu’aujourd’hui, aujourd’hui seulement que je comprends vraiment ce qu’il voulait dire. Tout le monde ne peut pas devenir un grand artiste. Mais un grand artiste peut surgir n’importe où. Il est difficile d’imaginer origine plus modeste que celle du génie qui officie maintenant chez Gusteau et qui est à nos yeux rien moins que le plus grand cuisinier de France. Je retournerai bientôt chez Gusteau, plus affamé que jamais.

#28
9.32 (107 votes)

Nulle cause n’est perdue… s’il y a encore un pauvre fou prêt à se battre pour elle.

#29
9.31 (524 votes)

- Qu’est-ce qu’il est craquant ! Il a un cul on a envie de mordre dedans !
- T’es obligé d’être vulgaire quand tu parles des mecs ? C’est de la bidoche pour toi ?
- Excuse moi John, c’est vrai que pour toi qui a le cul plat c’est un sujet délicat…

#30
9.31 (366 votes)