Kaakook

Série - Kaamelott

Affiche de Kaamelott
Titre
Kaamelott
Écrit par
Alexandre Astier
Année de sortie
2005
Nombre de citations
123
Note moyenne des citations
7.52
Publication

Dernière mise à jour

Liens
Répliques en anglais sur l’IMDB
Proposer une citation pour ce film

Répliques de la série (123)

Moi quand ma garce de femme est là, sa déménage pas mal aussi ! Hier elle m’a fendu le tibias avec une amphore, la salope.

7.75 (30 votes)

- Qu’est ce que vous glandez là hein ?!
- Nan sir faites pas le con.
- Nan mais je fais pas le con ! Je dératise, je désinfecte !
- J’peux plus respirer.
- Ah c’est bien possible j’peux pas vous dire de là ou je suis j’me rend pas compte.
- Mais qu’est ce que j’ai fait ?!
- Qu’est ce que vous avez fait ? Bah c’est compliqué… Parce que surtout c’est un tout… Vous êtes né… déjà ! Alors ça c’est pas bien jojo ! Et puis moi c’est plus possible parce que ça fait 70 fois que j’vous dis d’vous barrer du château et vous êtes toujours là.
- Nan c’est pas vrai, c’est pas vrai des fois j’suis pas là.
- Mais quand j’vous vire d’une piaule vous aller dans une autre, quand j’vous vire de l’autre vous revenez dans la première et quand j’vous vire des deux vous trouvez le moyen de pirater un cagibis.

7.73 (34 votes)

Arthur : Donc, voici une catapulte. Comme vous pouvez le constater, et à la différence de certaines autres armes de jet, celle ci est munie de roulettes, ce qui la classe dans la catégorie des armes []
Perceval : À ROULETTES ! Houlaa… Je l’ai un peut trop gueulé ça, non ? À roulettes.
Arthur : … La classe dans la catégorie des armes mobiles.
Perceval : À roulettes mobiles ?
Yvain : Mon oncle, doit-on en conclure que la catapulte n’appartient pas à la catégorie des armes de jet à roulettes fixes ?
Gauvain : Ouais, c’est comme le poney par rapport au cheval.
Yvain : Ah non attention non, là je suis pas sûr…
Perceval : Mais c’est de là que ça vient quand on dit euh « ça va comme sur des roulettes ». En fait ça veut dire que le mec il peut balancer un morceau de rocher comme une catapulte, et il continu quand même d’avancer de façon mobile.
Arthur : Le prochain qui l’ouvre, je l’envoie aux galères pendant trois ans. Sans déconner, je le fais.

Kaamelott.
7.59 (44 votes)

Si la mémoire est à la tête ce que le passé, peut-on y accéder à six ?

7.55 (43 votes)

Un autel dressé au culte de la barbarie.

7.5 (22 votes)

C’est pas moi qui explique mal, c’est les autres qui sont cons.

7.5 (10 votes)

J’aime bien dire que les trucs sont pas de mise, j’trouve ça hyper classe !

7.41 (17 votes)

Une fois j’ai pissé par la fenêtre !

7.37 (28 votes)

Me réveiller à c’t’heure-là ! Vous voulez mon pied au cul ?

7.33 (35 votes)

Moi, quand j’ai plus rien à faire ici… je me retire… Plus une goutte d’eau, plus un rayon de soleil… je me dessèche… de la tête au pied… en un petit cadavre sous un tas de feuilles… Les saisons me survolent sans me soupçonner… Et puis, un jour, la corneille raconte qu’elle a entendu au loin quelqu’un qui recommence à pleurer… Guenièvre !… Guenièvre !… Alors là, j’ouvre un œil, je rampe… mangeant la neige… léchant l’eau croupie… et mes ennemis tressaillent… car de me voir boire, il comprennent que je suis de retour !

7.31 (16 votes)

Après demain, à partir d’aujourd’hui ?

7.27 (12 votes)

- Ça va je vous force pas à manger des briques non plus !
- Enfin sans vouloir me la ramener, la seule différence concrète avec des briques, c’est que vous appelez ça des tartes !

7.27 (12 votes)

Écoutez, si j’avais un sort pour contrecarrer les volontés divines, je serais pas en train de faire des potions de virilité pour tous les mous de la tige du pays breton.

7.22 (8 votes)

- En ce moment je m’endors tout le temps, je peux rien y faire et je fais des rêves. Je vais vous en raconter un. Je suis dans l’espace, avec un vieux… Je vous raconte pas ça au hasard. Quand je me suis réveillé j’ai tout de suite pensé à vous. L’espace… ça a toujours été votre truc ça l’espace. Et les vieux, y en a toujours dans vos histoires à vous. Bref, je flotte dans l’espace… avec les étoiles tout. Et y a un vieux à côté. Alors je sais si c’est moi vieux où euh… parce que les rêves c’est toujours le bordel pour ça. Et le vieux me fait : « Vous êtes prêt à voir le Graal ? » Alors moi je réponds : « Oui. » Alors on se dirige vers une… une grande boule, mais en fait c’est notre Terre à nous. Sauf qu’au lieu d’être bien plate, ben elle est en boule quoi ! Comme je disais les rêves c’est toujours le bordel. On descend, on descend. On atterrit sur un sentier, dans une forêt, sur le territoire du Seigneur Dagonet. Alors me demandez pas pourquoi. D’autant qu’il est même pas dans le rêve ce con-là mais, je sais pas comment vous dire, je sais qu’on est chez Dagonet. Le vieux se retourne et il me fait : « J’espère que vous avez pas peur de la marche. Parce que je vous préviens c’est pas la porte à côté. » Moi je lui réponds : « Je comprends pas pourquoi on n’a pas atterri directement plus près alors ? » Et il me répond pas il part devant. Je le suis. Je le suis, je le suis pis au bout d’un moment je me dis : « Merde… c’est le chemin de Kaamelott ici ! Oh », que je lui fais au vieux, « c’est pas le chemin de Kaamelott ça ? Si pourquoi ? Comment pourquoi », je lui fais, « le Graal il est pas à Kaamelott quand même ? Si », il me fait. Alors je m’arrête : « Vous vous foutez de moi ? » Il se retourne il me dit : « Vous voulez le voir le Graal où vous voulez pas le voir ? Bon bah bouclez-là et suivez. » Et il repart. Bon. On arrive à Kaamelott, la baraque vide. Pas un garde à l’entré, pas un loufiat dans les couloirs, on passe devant la salle de la Table Ronde, pas de Table Ronde, la pièce vide. On continue, on continue et on arrive devant la porte de ma salle de bain : « Voilà, ouvrez c’est la derrière. », « Mais… là derrière ou ça ? Dans la salle de bain ? », « Oui, dans la salle de bain. » Alors je le regarde, j’essaie de voir s’il est pas beurré ou quoi, pis je rentre. Là y a la baignoire vide… enfin vide… y’a de l’eau mais y’a personne dedans. Et y’a du sang partout. Partout, partout… Il me fait : « Voilà ! C’est le Graal ! », « Quoi quel Graal ? La salle de bain ? », « Non pas la salle de bain, la baignoire ! », « La baignoire c’est le Graal ? », « Ouais, c’est le récipient qui a reçu le sang du Christ. » Alors là dans le rêve je lui mets une tarte au vieux… mais la bonne tartine attention, avec la tête qui part sur le côté, les cheveux de travers tout. « Tu te payes ma gueule ? », que je lui fais. Pis là mon vieux c’est lui qui se retourne, qui vient, il me fout une avoine. J’ai l’impression que le plafond me tombe sur la gueule. Je me ressaisis. Et il me dit : « Qu’est-ce que c’est que quelqu’un qui souffre ? Et qui fait couler son sang par terre pour que tout le monde soit coupable ? Tous les suicidés sont le Christ. Toutes les baignoires sont le Graal. Et vous savez qu’on s’est toujours demandé si y avait pas une inscription gravée au fond du Graal ! Eh ben oui y’en a une. Allez voir. » qu’il me fait. Alors j’y vais. Et au fond de la baignoire y a marqué : « Vous m’avez bien cassé les couilles. » Et boum je me réveille.
- C’est vraiment chouette comme rêve. Moi l’autre nuit, j’ai rêvé que Karadoc avait des pinces.
- C’est à dire ?
- Comme un crabe.
- Ah. Et qu’est ce qu’il faisait avec ses pinces ?
- Il me pinçait le ménisque.
- Le ménisque ?
- Comparés aux vôtres, ils sont pourris mes rêves ou pas ?
- Les rêves, ça se compare pas.

7.22 (8 votes)

En garde, ma biquette ! Je m’en vais te découper le gras du cul, ça te fera ça de moins à trimbaler !

7.19 (22 votes)

Ah, le printemps ! La nature se réveille, les oiseaux reviennent, on crame des mecs.

7.14 (25 votes)

Un engin comme vous, ça devrait être livré avec une notice !

7.08 (14 votes)

Et à un moment… le sorcier s’est mis à nous menacer avec ses parties génitales.

7.04 (17 votes)

Faut faire comme avec les scorpions qui se suicident quand ils sont entourés par le feu. Faut faire un feu en forme de cercle autour d’eux. Comme ça ils se suicident, pendant que nous on fait le tour et on lance de la caillasse de l’autre côté pour brouiller… non ?

7 (10 votes)

Et toc, remonte ton slibar, Lothar !

7 (10 votes)

Il manque une citation importante ? N'hésitez pas à proposer une réplique pour ce film.

Personnages du film

Haut de page