Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1989

Je suis venu te voir, parce que quand on réalise qu’on veut passer le reste de sa vie avec quelqu’un, on veut que le reste de sa vie commence le plus tôt possible.

#1
9.21 (232 votes)

Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

#2
9.18 (356 votes)

C’est dans ses rêves que l’homme trouve la liberté, cela fut, est, et restera la vérité.

#3
9.13 (622 votes)

Et ne pas, quand viendra la vieillesse, découvrir que je n’avais pas vécu.

#4
9.04 (624 votes)

Peu importe ce qu’on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde.

#5
9.03 (557 votes)

Carpe diem !

#6
8.98 (511 votes)

On ne lit pas et on n’écrit pas de la poésie parce que ça fait joli. Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de la race humaine ; et que cette même race foisonne de passions. La médecine, la loi, le commerce et l’industrie sont de nobles occupations, et nécessaires pour la survie de l’humanité. Mais la poésie, la beauté et la dépassement de soi, l’amour : c’est tout ce pour quoi nous vivons. Écoutez ce que dit Whitman : « Ô moi ! Ô vie !… Ces questions qui me hantent, ces cortèges sans fin d’incrédules, ces villes peuplées de fous. Quoi de bon parmi tout cela ? Ô moi ! Ô vie ! ». Réponse : que tu es ici, que la vie existe, et l’identité. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime… Quelle sera votre rime ?

#7
8.94 (413 votes)

Je ne vis pas pour être un esclave mais le souverain de mon existence.

#8
8.92 (295 votes)

Oh capitaine, mon capitaine !

#9
8.9 (409 votes)

Je partis dans les bois parce que je voulais vivre sans me hâter. Vivre intensément et sucer toute la moelle secrète de la vie.

#10
8.9 (253 votes)

J’ai les yeux fermés et j’ai son image qui flotte près de moi [] le fou aux dents qui transpirent avec un regard qui perce mon front ! Il essaie de m’étrangler, il tend les mains ! Il arrête pas de marmonner. [] Il marmonne des chose ! Il dit la vérité et comme une couverture qui vous laisse les pieds froids. On a beau tirer dans tous les sens il n’y en a jamais assez, on la tire, on la pousse et elle est trop petite pour nous tous ! Du moment où on entre en gémissant, au moment où on part agonisant, on se cache sous la couverture et on pleure, on crie et on se meurt.

#11
8.89 (206 votes)

On ne lit pas ni écrit de la poésie parce que c’est joli. On lit et écrit de la poésie car on fait partie de l’humanité. Et l’humanité est faite de passions. La médecine, le droit, le commerce sont nécessaires pour assurer la vie, mais la poésie, la beauté, la romance, l’amour, c’est pour ça qu’on vit.

#12
8.86 (218 votes)

C’est instinctif, nous recherchons l’approbation. Mais il faut vous assurer que vos convictions sortent de ce qu’il y a de plus personnel en vous, même si les moutons bêlent et se choquent, même si on vous dit que vous faites fausse route, que c’est mal. C’est Frost qui a dit : « Dans la forêt, le chemin se sépare en deux, et là, je choisis toujours le moins fréquenté, et chaque fois je constate la différence. »

#13
8.86 (139 votes)

Sucez la moelle de la vie mais n’avalez pas l’os.

#14
8.83 (152 votes)

J’adore que tu aies le nez qui coule quand il fait 22°, j’adore que tu mettes une heure et demi pour commander un sandwich, j’adore la petite ride que tu as là quand tu me regarde comme si j’étais un dingue. J’adore qu’après avoir passé la journée avec toi j’ai les vêtements tout parfumés par ton odeur et j’adore que tu sois la dernière personne à laquelle j’ai envie de parler avant de me mettre au lit. Et ce n’est pas parce que je suis seul et que c’est la saint sylvestre. Si je suis la moi ce soir, c’est parce que quand on se rend compte qu’on veut passer le reste de ses jours avec une femme, faut pas traîner les pieds, il faut se lancer aussitôt que possible.

#15
8.72 (68 votes)

Allô, collège Welton, j’écoute. Oui, il est ici, ne quittez pas. M. Nolan, c’est pour vous. C’est le bon Dieu : il est d’accord pour les filles à Welton.

#16
8.69 (204 votes)

- Police ! Ouvrez !
- Comment je sais que je vous êtes de la police ?
- Quand je vous aurai flingué à travers la porte, vous pourrez faire examiner les balles.

#17 8.67 (50 votes)

À présent dans cette classe, vous apprendrez à penser par vous-même, vous apprendrez à savourer les mots et le langage !

#18
8.67 (118 votes)

- Le langage s’est surtout développé pour un motif ; quel est-il, M. Anderson ? Êtes-vous un homme ou une amibe…? M. Perry ?
- Pour communiquer ?
- Non ! Pour courtiser les femmes !

#19
8.65 (168 votes)

- Je dois te dire quelque chose !
- C’est pas le moment d’être sentimental.
- Le plancher brule…

#20 8.59 (82 votes)

Haut de page