Kaakook

Top - Citations de films de l'année 1994

Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.

#1
9.35 (530 votes)

Cours Forrest, cours !

#2
9.33 (711 votes)

La mort faisait partie de la vie… J’aurais tellement aimé que non.

#3
9.3 (363 votes)

- La vie c’est comme ça tout le temps ? Ou c’est seulement quand on est petit ?
- … C’est comme ça tout le temps.

#4
9.28 (170 votes)

- Est-ce que tu as trouvé Jésus, Gump ?
- Je savais pas qu’il fallait que j’le cherche !

#5
9.28 (268 votes)

- Oh quelle merde ! Jamais j’te pardonnerai cette vacherie Vincent ! Ça m’dégoûte c’est répugnant !
- Jules tu connais le philosophe qu’a dit qu’on était à moitié pardonné une fois qu’on avait reconnu ses fautes ? C’est un grand monsieur qui a dit ça ! Tu devrais connaître !
- Et en plus tu te fous de ma gueule avec tes conneries ! L’empaffé qui a dit ça il a jamais eu à ramasser les p’tits bouts de cervelle à cause d’un débile dans ton genre !

#6
9.27 (86 votes)

Sssplendide !!

#7
9.26 (138 votes)

Ce n’est pas parce que tu as une personnalité que tu as de la personnalité.

#8
9.25 (269 votes)

Hakuna Matata !

#9
9.24 (160 votes)

Maman disait toujours : « N’est stupide que la stupidité. ».


- Simon, vous n’avez pas de bagages ?
- Ah, ba, non ! On m’a dit de venir, pas de venir avec des bagages, pourquoi il fallait que j’en prendre ?

#11
9.23 (158 votes)

- T’es toujours avec ta copine ?
- Ah non, c’est plus ma copine…
- De toute façon, elle se faisait culbuter par tout le monde !
- … Mais c’est ma femme.

#12
9.23 (366 votes)

- Putain le con, j’ai buté Marvin !
- Mais pourquoi t’as fait ça ?
- J’sais pas c’est un accident !

#13
9.22 (286 votes)

- Shenzi, tu connais un bon resto ?
- Non pourquoi ?
- La bouffe est entrain d’se carapater.

#14
9.22 (119 votes)

Timon : Hakuna Matata. Mais quelle phrase magnifique !
Pumbaa : Hakuna Matata. Quel chant fantastique !
Timon : Ce mot signifie, que tu vivras ta vie.
Timon et Pumbaa : Sans aucun soucis. Philosophie !
Timon : Hakuna Matata.

#15
9.21 (91 votes)

Dis pas de mal des cochons, ils valent mieux que la plupart des gens.

#16
9.17 (159 votes)

- Tu veux du bacon ?
- Non, merci. C’est du porc.
- Pourquoi, t’es juif ?
- Nan, j’ai horreur du cochon. Ca craint c’est tout.
- Pourquoi ?
- Parce que c’est dégueulasse un porc. J’mange pas ce genre d’animal.
- Mais l’bacon c’est délicieux ! Un bon jambon c’est délicieux !
- Mouais, les rats ont p’tet le goût de crème caramel mais comme j’ai pas l’intention d’en manger j’pourrais jamais le savoir. Et puis les cochons il se roulent sans arrêt dans leur merde, même qu’ils la bouffent. C’est dégueulasse. Faut être con pour manger ses excréments.
- Hé ben et les chiens ? Les chiens ils les mangent eux.
- J’mange pas de chien non plus.
- Tu penses que le chien est un animal aussi sale que le porc ?
- J’dirais pas que c’est un animal aussi sale que le porc mais il n’empêche qu’il est dégueulasse. Seulement, le chien a de la personnalité. La personnalité ça change tout.
- Si j’comprend bien dans ta logique un porc qui aurait de la personnalité ne serait plus aussi dégueulasse qu’avant, c’est ça le truc ?
- Ouais, mais pour ça il faudrait qu’il ai un charme fou ton porc. Il faudrait qu’il possède dix fois plus de charme que le cochon de Walt Disney tu vois ce que j’veux dire.
[Rires]

#17
9.17 (158 votes)

Tu m’as oublié en oubliant qui tu étais.

#18
9.17 (266 votes)

- T’es déjà monté sur un crevettier ?
- Non, mais je suis déjà monté sur un tas d’autres arbres…

#19
9.16 (289 votes)

- Pardon, du thé ?
- Volontiers, oui merci… C’est lui ?
- Non, ça c’est mon chien.
- Oh, bien sûr oui… Parlez-moi de lui, j’le connaissais assez peu finalement.
- C’était un très beau berger allemand, bien dressé, on a tous les papiers.
- Non, non, je parle de votre mari.
- Jacques… ils me l’ont massacré avec la faucille et le marteau, mais si vous l’aviez vu entier, un très bel homme, bien propre, généreux… Pardon du sucre ?
- 16… C’est amusant parce que le film dont j’m’occupe c’est l’histoire d’un type qui tue les gens à la faucille et au marteau, c’est incroyable, non ?
- Oui… Regardez, c’est son dernier cadeau, j’lui ai dit Jacques mais c’est de la folie, il faut vendre la caravane, vous savez ce qu’il m’a dit ? Il m’a dit banco.
- Oh, l’effet que ça m’a fait c’matin quand j’ai ouvert le journal et qu’jai vu qu’on parlait de mon film…
- J’l’entends encore : banco, un vrai capricorne celui-là.
- Remarquez, forcément, j’suis attachée de presse, alors qui dit attaché de presse dit presse.
- Pour ce qu’on s’en servait de cette caravane en plus.
- Mais quand j’pense qu’il a fallu un meurtre pour qu’on parle de mon film, c’est quand même hallucinant, non ? Enfin quand je dis parler, y’a un journal qui en a parlé.
- On s’en ait jamais servi de la caravane… Ah si, une fois.
- Non, deux, y’a eu deux journaux, remarquez qui aurait été en parler, j’ai personne du film… Le metteur en scène, il est à l’asile ; le producteur il est en taule ; le comédien… Ah si, j’crois qu’il est libre, j’crois qu’il a rien tourné depuis.
- Vous croyez qu’on s’en serait servi de la caravane, eh bien non, ça faisait des mois qu’elle traînait dans le garage à prendre la poussière.
- Parce que si je le fais descendre, alors là, j’fais monter la sauce, des gardes du corps, tout l’tralalala, en plus j’vois déjà les titres des journaux : la vedette de Read is Dead descend à Cannes au péril de sa vie, oh, c’est bien ça, vous avez un téléphone ?
- J’lui ai dit : « Jacques, c’est l’hermine ou la caravane », il a dit « banco ».

#20
9.16 (145 votes)

Haut de page