Kaakook

Top - Citations de films de l'année 2003

Je vous présente ma vie vers 35 ans. J’avais tout. Une femme, deux enfants, trois potes, 4 crédits, 5 semaines de vacances, 6 ans dans la même boite, 7 fois mon poids en matériel hi-fi, 8 coïts conjugaux par trimestre, 9 fois le tour de la terre en emballages plastiques, couvercles de polystyrène et autres packaging alimentaires non biodégradables et 10 ans sans voir mon père. Le bonheur. La panoplie du parfait tyran dont j’avais rêvé toute mon enfance.

#61
9.25 (927 votes)

- Dites moi, monsieur Sergueï Nimov Nemovitch, avez-vous dit bonjour à votre femme récemment ?
- Euh, non, pas depuis hier. Mais vous ? Madame Nimov Nemovitch, vous avez dit « je t’aime » à votre mari, récemment ?
- Non, pas depuis 100 ans. J’t’ai jamais dit « ornithorynque » non plus, et je pense qu’il faut réparer cet oubli. Ornithorynque.

#62
9.25 (822 votes)

T’es vraiment con quand tu t’y mets.

#63
9.25 (723 votes)

Et là, ça était le pire. Plus rien, plus rien pendant 10 ans, plus rien pendant 3652 jours et 3653 nuits. Fini le jeu, les jeux, le piment de mon existence. J’ai erré dans ma vie comme quand on erre dans une tragédie de Racine. Hermione version mec. Où suis-je ? Qu’ai-je fait ? Que dois-je faire encore ? Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ? Ah ne puis-je savoir si j’aime ou si je hais. Sophie m’a assassiné. Trucidé. Egorgé. Baisé. Enculé. Et tant d’autres rimes tarées. Et puis j’ai fini par y penser à l’imparfait. Me résoudre au bonheur fade de ma naissance. L’amour, la famille, le boulot, l’antenne parabolique. Du Racine j’vous dis.

#64
9.24 (1433 votes)

La règle du jeu était de ne rien changer, et ce que l’on pouvait appeler taquinerie lorsqu’on était gamin devait à présent s’appeler perversion.

#65
9.24 (751 votes)

Je me sentais comme un chien qui a pissé sur la moquette et qui attend que son maître s’en rende compte pour recevoir sa raclée. Et un certain lundi soir, la raclée est tombée. Ça m’a fait un bien fou.

#66
9.24 (584 votes)

Une vie entière pour se dire « je t’aime ». 80 ans pour démarrer une histoire d’amour. Et tout ça à cause d’un jeu. Ou peut-être grâce à un jeu.

#67
9.24 (188 votes)

- Elle s’appelle Christelle, jolie non ?
- Non
- Et elle porte la même robe que toi y a 4 ans. C’est moi qui lui ai offerte. Tu te souviens de ce jour là où tu m’as dis que je serais jamais cap te faire du mal ? Cap. Cadeau. Comme ça on est quitte.
- Tu nous présentes maintenant ?
- Christelle Sophie. Sophie Christelle. Ma futur. Mon passé.

#68
9.22 (1071 votes)

Pour gagner ce jeu, il faut une jolie boîte, une jolie copine, et le reste on s’en fout…

#69
9.21 (1178 votes)

- Vous êtes sans nul doute le pirate, le plus pitoyable dont on m’ait parlé.
- Au moins, on vous a parlé de moi.

#70 9.21 (1945 votes)

- J’étudie les hommes…
- Ah t’as pris socio finalement ?
- J’ai pas dit les humains, j’ai dit dit les hommes, les mâles, les mecs, et j’ai pas mal révisé.
- Bah profites en tu es dans une bibliothèque y a pas mieux pour réviser.
- Cap ?
- Cap.

#71
9.21 (788 votes)

Je suis Colin, le dieu du sexe. J’me suis trompé de continent c’est tout.

#72
9.21 (104 votes)

- Sophie ?
- Tu dois confondre, moi c’est sale polack !
[Julien lui donne sa belle boîte]
- Tu me la prêteras de temps en temps ?
- Tu donnes et tu reprends. Si tu la veux vraiment, prouve-le moi ! Cap ou pas cap ?

#73
9.21 (558 votes)

Par contre si tu veux mon avis sur Aurélie Miller vas-y, je te donne ma bénédiction. Il parait que c’est un coup d’enfer, y’a que le furet du bois joli qu’est pas passé entre ses jambes.

#74
9.21 (548 votes)

Toutes les fois où je déprime en voyant ce qui se passe dans le monde, je pense à la zone d’arrivée des passagers de l’aéroport de Londres ; de l’avis général nous vivons dans un monde de haine et de cupidité. Je ne suis pas d’accord. J’ai plutôt le sentiment que l’amour est présent partout ; il n’y a pas toujours de quoi en faire un roman mais il est bien là : père et fils, mère et filles, mari et femme, copains, copines, vieux amis…
Quand les deux avions ont frappé les tours Jumelles, à ma connaissance aucun des appels téléphoniques de ces gens qui allaient mourir ne contenaient de message de haine ou de vengeance. C’étaient tous des messages d’amour.
Si vous cherchez bien, j’ai la désagréable impression que vous constaterez qu’en définitive, nous sommes cernés par l’amour.

#75
9.2 (392 votes)

La fleur parfaite est chose rare. On pourrait passer sa vie à en chercher une, et ce ne serait pas une vie gâchée.

#76
9.2 (178 votes)

L’amour est partout, imprévisible, inexplicable, insurmontable. Il frappe quand il veut et souvent, ça fait pas mal de dégâts…

#77
9.2 (301 votes)

Je n’arrive plus à payer mon loyer. J’ai soixante jours pour trouver 1$50.

#78 9.2 (65 votes)

- T’as quelqu’un dans ta vie ?
- Quelqu’un dans mon lit tu veux dire ? Pourquoi tu me demandes ça ?
- Pour rien… Juste une dialectique conflictuelle sur l’état du cœur.
- Dialectique conflictuelle… On dit aussi conversation non ?

#79
9.18 (659 votes)

- Il y a que trois choses que tu ne m’as pas demandé de faire, que je regrette et j’aurais été cap…
- Genre ?
- Manger des fourmis, insulter les chômeurs qui sortent de l’ANPE… t’aimer comme un fou.

#80
9.17 (3570 votes)

Haut de page