Kaakook

Top - Citations de films de l'année 2003

- Il parait qu’il y a un mec sur la soixantième, il a regardé la vidéo la semaine dernière et ce matin il s’est réveillé mort.
- Comment tu te réveilles si t’es mort ?
- Parce que t’es encore en vie quand tu vas au pieu.
- Tu veux me dire qu’on peut aller au pieu mort et se réveiller vivant ?
- Tu peux pas aller au pieu mort puisque tu y va vivant, sa me semble super logique.
- Pas du tout, tu peux aller au pieu, sans être mort, et tu peut être mort sans être au pieu.
- Mais t’es dans un pieu, man, et c’est pour ça que tu te réveille mort si t’es mort.
- … Mais bien trop puissant ton raisonnement !

#101 9.08 (55 votes)

- Il est quelle heure ?
- L’heure de mon exam !
- Exam de quoi ?
- De maths.
- Tu l’auras pas.

#102
9.08 (337 votes)

Je suis sans pitié, sans scrupule, sans compassion, sans indulgence, pas sans intelligence.

#103 9.07 (204 votes)

I love French wine, like I the French language. I have sampled every language, French is my favorite. Fantastic language. Especially to curse with. Nom de dieu de putain de bordel de merde de saloperie de connard d’enculé de ta mère. It’s like wiping your arse with silk. I love it.

#104 9.07 (108 votes)

T’as vu ta tête ? T’es en travaux !

#105
9.07 (140 votes)

À deux, c’est mieux.

#106
9.07 (98 votes)

Je ne peux le porter pour vous, mais je peux vous porter vous !

#107 9.06 (225 votes)

Bonjour, je m’appelle Quentin. Je suis de Montargis.

#108
9.06 (107 votes)

Tu me manques comme une épluchure peut manquer à son orange, la pluie au parapluie, le chocolat aux petits enfants.

#109
9.05 (137 votes)

To me, you’re perfect.

#110
9.05 (137 votes)

- Vous savez que, en tant que premier ministre, je pourrais le faire buter ?
- Merci, Monsieur. J’vais y penser.
- Faites donc. Nos agents secrets sont des types charmants. Des tueurs sans scrupules, je n’ai qu’un coup de fil à passer.

#111
9.04 (94 votes)

Il y a un certain confort dans le vide de l’océan, pas de passé, pas d’avenir.

#112
9.03 (62 votes)

Elle est enceinte de 2 barres…

#113 9.03 (52 votes)

- Pourquoi vous l’appelez Ikea ?
- Parce qu’il a le cerveau en pièces détachées.

#114
9.03 (103 votes)

- C’était parti ! Je crois que c’est comme ça, que ça a vraiment commencé.
[Julien monte dans le bus et enlève le frein]
- Cap !

#115
9.03 (361 votes)

- Que pensez-vous de votre reprise si vous deviez la comparer à votre ancienne version ?
- Oh c’est bon Mickey, vous savez aussi bien que moi que c’est une énorme daube ! Eh, eh ! Mais ne serait-ce pas génial si le numéro 1 à Noël cette année ce soit pas un jeune merdeux arrogant mais un vieux comme moi, ancien toxico qui cherche à faire son come-back à n’importe quel prix ? Pourquoi tous ces ados boutonneux le soir de Noël seraient-ils en train de s’éclater avec des jolies poulettes à poil à califourchon sur leurs couilles pendant que moi je végèterais dans une piaule pourrave avec mon manager Joe, le gars le plus moche de la terre, déprimé à mort parce que son idée foireuse n’a pas rapporté une tune ? Alors si par le plus grand des hasards vous croyez au Père Noël, les enfants, autant que votre oncle Billy y croit, achetez-moi ce purulent téton qu’on appelle un album ! Vous apprécierez tout particulièrement l’audace grossière avec laquelle nous avons vainement essayé de faire tenir 4 syllabes là où il n’y en avais que 2 dans l’original ! Ah Ah !

#116
9.03 (52 votes)

- Dites, vous pourriez pas m’en débarasser ?
- Euh… il est con ! C’est un asile de fous, pas un asile de cons. Il faudrait construire des asiles de cons, mais vous imaginez un peu la taille des bâtiments…

#117
9.02 (407 votes)

Vous aimez souffrir ? Essayez de porter un corset.

#118 9.02 (389 votes)

Et à moins que vous ne portiez des voiles et un gouvernail sous votre jupon, ce qui m’étonnerait, le jeune Wiliam Turner sera déjà mort.

#119 9.01 (193 votes)

- Ça fait des années que j’attends de t’en parler.
- Me parler de quoi ?
- De moi.
- De toi ! Mais t’as jamais parlé d’autre chose que de toi !
- Bon ben alors disons de mon cœur. [il lui prend la main] Sophie je suis amoureux.
- T’es amoureux ? Comme ça ?
- Non pas comme ça non. Ça fait des années… des années de silence. Je voudrais me marier. D’accord ?
- Tu me demandes quoi là ? Si je suis cap ? Tu te souviens je t’avais demandé de dire non si tu te mariais t’avais dis cap.
- Et aujourd’hui tu dis quoi ?
- Tu veux vraiment te marier ?
- Mais j’ai besoin de toi pour ça.
- Ça c’est sur, se marier ça se fait pas tout seul !
- [Il lui donne les alliances] Je te les confies et tu les gardes jusqu’au jour de la cérémonie.
- Écoute c’est…
- D’acoord ?
- Oui.
- [Il se lève] Elle est d’accord [Tous les gens du restaurant applaudissent]. Tu va être le témoin à mon mariage. Merci Sophie.

#120
9.01 (690 votes)

Haut de page