Kaakook
connexion inscription

Top - Citations de films et séries de tous les temps

- Désolé coach, je l’ai pas vu depuis la dernière fois que je l’ai vu !
- D’accord, mais tu l’as vu quand ?
- Pour la dernière fois ? Je dirais que ça remonte à la dernière fois que je l’ai croisé !

#41
9.39 (795 votes)

Allison : Je suis la pour sauver ma meilleure amie.
Scott : Et moi, mon meilleur ami.
Isaac : Et moi, j’avais pas envie de faire mes devoirs.

#42
9.39 (580 votes)

Je serai toujours avec toi.

#43
9.39 (155 votes)

- La colonie del Sid ! Ça veut dire la colonie de Sid !
- Eh ben c’est bien, maintenant t’es un bouffon bilingue.

#44
9.38 (424 votes)

Bonsoir Londres. Permettez-moi tout d’abord de vous présenter mes excuses pour cette interruption. J’aime, comme beaucoup d’entre vous le confort du train-train quotidien, le sentiment de sécurité et la tranquillité que procure ce qui est familier et répétitif. Je les apprécie, comme tout à chacun.
Mais dans cet esprit de commémoration qui prévoit que les évènements importants du passé, habituellement associés à la mort d’un individu, ou à la fin de quelque horrible bataille sanguinaire, soit célébré par de sympathiques congés, j’ai pensé que nous pourrions célébrer ce 5 Novembre, jour hélas oublié, en consacrant un court instant de notre vie quotidienne à nous asseoir et à bavarder un peu.
Il existe bien sûr des personnes qui ne veulent pas que nous parlions. Je soupçonne qu’en ce moment même, des ordres sont aboyés dans des téléphones et que des hommes armés vont bientôt se mettre en route. Pourquoi ? Parce que même si l’on peut substituer la matraque à la conversation, les mots conserveront toujours leur pouvoir. Les mots sont le support de la compréhension et pour ceux qui les écouteront l’énonciation de la vérité. Et la vérité c’est que quelque chose va très mal dans ce pays, n’est ce pas ?
Cruauté et injustice. Intolérance et oppression. Et la où, auparavant, vous aviez la liberté de faire des objections, de parler comme bon vous semblait, vous avez maintenant des censeurs, des systèmes de surveillance vous contraignants à la conformité et sollicitant votre docilité.
Comment est-ce arrivé ? Qui est à blâmer ? Bien sûr, il y a ceux qui sont plus responsables que les autres et qui devront en rendre compte mais… Encore dans un souci de vérité, si vous cherchez un coupable, regardez simplement dans un miroir.
Je sais pourquoi vous l’avez fait. Je sais que vous aviez peur. Qui pourrait se vanter du contraire ! Guerre, terreur, maladie. Une myriade de problèmes a contribué à perturber votre jugement et à vous priver de votre bon sens. La peur a pris ce qu’il y a de meilleur en vous. Et dans votre panique vous vous êtes tourné vers Adam Sutler, aujourd’hui Chancelier.
Il vous a promis de l’ordre, il vous a promis de la paix. Tout ce qu’il a demandé en échange, c’est votre consentement silencieux et docile. La nuit dernière, j’ai cherché à mettre fin à ce silence ! La nuit dernière, j’ai détruit le Old Bailey pour rendre la mémoire à ce pays.
Il y a plus de 400 ans, un grand citoyen a voulu ancrer à jamais le 5 Novembre dans nos mémoires. Il espérait rappeler au monde qu’impartialité, justice et liberté sont plus que des mots, ce sont des principes. Alors si vous n’avez rien vu, si vous ignorez toujours les crimes de ce gouvernement, je vous suggère de ne pas commémorer le 5 Novembre.
Mais si vous voyez ce que je vois, si vous ressentez ce que je ressens, si vous désirez ce que je désire, alors rangez vous à mes côtés dans un an à compter d’aujourd’hui devant les grilles du Parlement, et ensemble, nous leurs offrirons un 5 Novembre gravé à jamais dans les mémoires !!

#45
9.38 (801 votes)

- Qui êtes-vous ?
- Qui ? « Qui » n’est autre que la forme qui résulte de la fonction de « qu’est-ce-que », et ce que je suis c’est un homme sous un masque.
- Ça je vois…
- De toute évidence. Je ne mets pas en doute ton sens de l’observation, je ne fais que mettre en exergue le paradoxe qui est de demander à un homme masqué qui il est.

#46
9.38 (858 votes)

- Où est-ce que je suis ?
- Dans ma maison. Je l’appelle la Galerie des Ombres.
- C’est magnifique… [en parlant des œuvres d’art exposées] Mais où est-ce que vous avez trouvé tout ça ?
- Oh, ici et là. Beaucoup proviennent des chambres fortes du ministère de la Bienséance.
- Vous les avez volées ?
- Grands dieux non ! « Voler » suppose qu’il existe un propriétaire, or on ne peut voler la censure. Je les ai juste récupérées.

#47
9.38 (298 votes)

- Quand est-ce que tu as perdu la tête ?
- Il y a trois mois je me suis réveillé marié à côté d’un ananas… hyper moche en plus.

#48
9.38 (750 votes)

Il n’y a rien de plus trompeur qu’un sourire…

#49
9.38 (1102 votes)

- Bonjour monsieur.
- Bonjour monsieur.
- Dites moi, comment sait-on si nos enfants sont bien arrivés ?
- Bah je vous propose d’écouter la radio, en général ils en parlent quand il y a un accident.

#50
9.38 (857 votes)

Tout le monde ment, moi le premier !

#51
9.38 (507 votes)

- Ce quai est strictement interdit aux civils !
- J’en savais rien, je vous demande pardon. Si j’en vois un, je vous en informerai immédiatement.

#52
9.38 (839 votes)

Vous avez un parasite, il vous reste un mois pour vous en débarrasser sinon après ça serait illégal, mais ne vous inquiétez pas les femmes adorent ces parasites : elles leurs mettent des bonnets et elles les amènent au parc avec d’autres parasites.

#53
9.38 (784 votes)

Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.

#54
9.38 (525 votes)

Les peuples ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernements. Les gouvernements devraient avoir peur du peuple.

#55
9.38 (903 votes)

- Qu’allez-vous faire ?
- Je me disais que j’allais écouter vos théories, les rejeter, puis ne garder que la mienne. Comme d’habitude.

#56
9.38 (877 votes)

Je suis malade, tu sais ce n’était pas si dur, je le vivais plutôt bien, je l’avais accepté et puis tu es entré dans ma vie. J’ai peur de ne plus être avec toi.

#57
9.38 (600 votes)

Tu sais, avec toi, je pourrais vraiment devenir quelqu’un de bien.

#58
9.38 (294 votes)

Plus grave que l’intolérable souffrance d’être amoureux ?

#59
9.38 (167 votes)

J’ai passé toute ma vie à attendre que le bon gars se présente et tout à coup t’es apparu. Tu ressembles en rien à l’homme que j’imaginais, tu es cynique et grincheux et impossible. Mais pour être franche, avoir à t’affronter c’est la meilleure chose qu’il me soit jamais arrivé de ma vie, et je crois qu’il y a de très fortes chances pour que je sois en train de tomber amoureuse de toi….

#60
9.38 (734 votes)

- D’où venez-vous comme ça ?
- Du singe si on en croit les démocrates.

#61
9.38 (1023 votes)

Est-ce que ça pourrait faire une différence si je te disais que personne au monde ne pourra jamais t’aimer autant que je t’aime ?

#62
9.38 (376 votes)

Règle n°1 : toujours écouter Buck !
Règle n°2 : toujours rester au milieu de la piste !
Règle n°3: … Ceux qui ont des gaz marchent à l’arrière de la meute.
En route mauvaise troupe !

#63
9.38 (345 votes)

- En fait, vous allez rire mais…
- Tel que vous me voyez là, je suis au maximum.

#64
9.38 (1408 votes)

La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !

#65
9.38 (1767 votes)

San est ma fille, ma tribu est la sienne. Si la forêt meurt elle mourra avec elle.

#66
9.38 (87 votes)

- C’est comme dans les grandes histoires, Monsieur Frodon, celles qui importaient vraiment, celles où il y avait danger et ténèbres. Parfois, on ne voulait pas connaitre la fin, car elle ne pouvait pas être heureuse… Comment le monde pouvait-il redevenir comme il était avec tout le mal qui s’y était passé ? Mais en fin de compte, elle ne fait que passer, cette ombre… Même les ténèbres ne font que passer… Un jour nouveau viendra et lorsque le soleil brillera, il n’en sera que plus éclatant… C’était ces histoires dont on se souvenait, et qui signifiaient tellement… Même lorsqu’on était trop petit pour comprendre… Mais je crois, Monsieur Frodon, que je comprends… je sais maintenant… Les personnages de ces histoires avaient trente-six occasions de se retourner, mais ils ne le faisaient pas, ils continuaient leur route, parce qu’ils avaient foi en quelque chose…
- En quoi avons-nous foi, Sam ?
- Il y a du bon en ce monde… Il faut se battre pour cela.

#67
9.38 (278 votes)

- Suis-je devenu fou ?
- Oui je pense Chapelier. Mais je vais te dire un secret : la plupart des gens bien le sont.

#68
9.38 (1137 votes)

Mais tu sais c’que t’es ? T’es le roi des cons au pays des emmerdeurs ! Un pt… un p’tit con casse couille qui prend la tête d’accord ?! Hein espèce de petit enculé, de merdeux, qui chiale sa race toute la journée, voilà c’que t’es ! Connard, connard, connard… Casse-toi putain, connard, connard, connard ! Petit enculé de merde !

#69
9.38 (1050 votes)

L’important n’est pas d’où tu viens mais jusqu’où tu iras…

#70
9.38 (246 votes)

Quand on a trouvé le grand amour on ne le lâche plus, même lorsque l’objet de tout vos désirs vous supplie d’abandonner.

#71
9.38 (1623 votes)

- Je suis désolé de t’avoir traité de folle, Brooke, t’es juste un peu perturbée.
- Non mais tu te crois drôle ?
- Ce que je crois, c’est que t’es en train d’essayer de saboter notre relation. Tu cherches des excuses pour pas m’aimer et être sûre que je ne te referais plus souffrir.
- Tu m’as écris la même phrase qu’à elle, tu te rends compte ? La même phrase !
- Mais j’ai jamais envoyé cette lettre à Peyton.
- Et alors ? Moi je t’ai pas envoyé les miennes et pourtant j’en pensais tous les mots. J’aimerai comprendre pourquoi c’est moi que tu veux ! Ça pourrait être Peyton.
- Peyton est une fille superbe, je peux pas le nier. C’est mon amie et c’est aussi ta meilleure amie.
- Et bah je t’autorise à dire du mal d’elle quand même !
- Oh Brooke ! En réalité, je tiens beaucoup à Peyton.
- Alors quelle est la différence ?
- La différence ? La différence, c’est que toi je t’aime Brooke. C’est toi que je veux et pas Peyton.
- Mais pourquoi ? Il faut que je sache pourquoi !
- Parce que tu fronces un peu les sourcils quand tu veux m’attendrir, parce que tu cites Camus alors que je t’ai jamais vu lire un livre, et parce que tes parents te manquent même si t’es trop têtue pour l’admettre. Et enfin, parce que je n’ai fait que deux déclarations d’amour comme cela de toute ma vie et à chaque fois, c’était devant toi. Voilà pourquoi c’est toi que je veux et personne d’autre. On est complètement trempé, on risque d’attraper une pneumonie mais si t’as besoin d’entendre pourquoi je t’aime, je peux continuer toute la nuit.
- Ça va aller pour l’instant.

#72
9.38 (1416 votes)

C’est fragile l’amour et nous ne savons pas toujours en prendre soin. On essaye juste de s’en sortir comme on peut en espérant que ce sentiment fragile survivra malgré tout.

#73
9.38 (407 votes)

- Dis moi merde.
- Je t’aime !

#74
9.38 (360 votes)

L’amour, l’amour, l’amour. À quoi ça sert ? Absolument à rien…

#75
9.38 (409 votes)

- Qu’est ce qu’ils foutent ?
- Ils essayent d’être heureux.

#76
9.38 (824 votes)

Quelqu’un a dit un jour que la mort n’es pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meurt en nous quand on vit.

#77
9.38 (1414 votes)

- Pourquoi t’es plus en Europe ?
- Je suis allé à paris mais seulement pour acheter tes macaron préféré chez Pierre Ermé.
- Et en Allemagne ?
- Pour trouver ta marque de bas favoris tu sais combien je les aime.
- Je peux savoir ce que tu fais là ?
- Tu avais raison j’ai été lâche de m’enfuir encore une fois. Partout où j’allais je ne pensais qu’a toi. Il faillait donc que je rentre.
- J’aimerai pouvoir te croire mai tu m’as fais souffrir trop souvent.
- Je te jure que tu peux me croire cette fois.
- Oh… Et c’est tout ?
- … Je t’aime aussi.
- Allez dis-le encore… Non je suis sérieuse redis-le.
- Je t’aime, je t’aime ça fait trois fois. Je t’aime.
- Je t’aime.

#78
9.38 (941 votes)

J’ai fait la chose la plus terrifiante et la plus dangereuse de ma vie quand je t’ai dit que je t’aimais. Mais ça valait le coup. J’ai réussi à surmonter ma peur pour toi…

#79
9.38 (997 votes)

L’embrasser a changé ma vie. J’ai compris à quel point j’avais envie d’être avec toi en embrassant la mauvaise personne.

#80
9.38 (824 votes)