Kaakook

Tag - romantique

Les citations romantiques.

Un Anneau pour les gouverner tous, un Anneau pour les trouver.
Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.

9.28 (558 votes)

En 7 jours, Dieu créa le monde et en 7 secondes, j’ai anéanti le mien.

9.27 (264 votes)

- Je sais ce que c’est que d’être laissé pour compte, que de se sentir insignifiant et quasiment transparent pour l’autre. C’est une douleur nouvelle qui nous transperce alors qu’on croyait les avoir toutes connues. Accompagner des amis en soirée, changer de coiffure, faire du sport, on essaye tout… et quand on va se coucher ça nous rattrape. S’il est indifférent c’est que j’ai dû commettre une faute, on revoit ce qu’il a fait, ce qu’il a dit, on revit tout les yeux ouverts dans le noir, peut-être est-ce un malentendu ? Et on relativise les faits, les preuves qui montrent à l’évidence que l’autre ne nous aime pas, il arrive même qu’on veuille se convaincre que rien n’est fini et qu’il reviendra frapper à notre porte un soir. Ça peut durer longtemps comme ça, et enfin un jour on finit par partir, on rencontre des gens nouveaux, ils nous mettent un peu de baume au cœur en nous trouvant de l’intérêt, on commence à se reconstruire, à voir les choses autrement et si on souffre encore au souvenir des moments difficiles, de ces années de vie qu’on a… qu’on a gâchées on se dit qu’ils pourraient s’effacer.
- Bfff ! Bah la vache, t’en a plus besoin que moi !

9.25 (191 votes)

S’il ne me restait qu’une nuit à vivre je voudrais la passer auprès de toi…

9.24 (330 votes)

Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par ce rejoindre. De ton chemin tu vois l’autre personne devenir de plus en plus petite. Ce n’est pas grave, on est fait l’un pour l’autre, à la fin elle sera là. Mais à la fin il n’arrive qu’une chose… Un putain d’hiver.

9.22 (449 votes)

Je pense à toi tout le temps. Je pense à toi le matin, en marchant dans le froid. Je fais exprès de marcher lentement pour pouvoir penser à toi plus longtemps. Je pense à toi le soir, quand tu me manques au milieu des fêtes, où je me saoule pour penser à autre chose qu’à toi, avec l’effet contraire. Je pense à toi quand je te vois et aussi quand je ne te vois pas. J’aimerais tant faire autre chose que penser à toi mais je n’y arrive pas. Si tu connais un truc pour t’oublier, fais le moi savoir. Je viens de passer le pire week-end de ma vie. Jamais personne ne m’a manqué comme ça. Sans toi, ma vie est une salle d’attente. Qu’y a-t-il de plus affreux qu’une salle d’attente d’hôpital, avec son éclairage au néon et le linoléum par terre ? Est-ce humain de me faire ça ? En plus, dans ma salle d’attente, je suis seul, il n’y a pas d’autres blessés graves avec du sang qui coule pour me rassurer, ni de magasines sur une table basse pour me distraire, ni de distributeurs de tickets numérotés pour espérer que mon attente prendra fin. J’ai très mal au ventre et personne ne me soigne. Être amoureux c’est cela : un mal de ventre dont le seul remède, c’est toi. J’ignorais que ton prénom prendrait tant de place dans ma vie.

9.2 (339 votes)

Allons nous gaver d’amour jusqu’à en crever.

9.12 (397 votes)

Dans l’éventail des amours possibles, il y en est un de la pire espèce. Sa cruauté est telle qu’il tue ses victimes. On l’appelle l’amour non partagé. Celui là je le connais, je suis experte en la matière. Dans la plupart des histoires d’amour, les sentiments sont réciproques, et dans les autres ? Et nous alors ? Les laissées pour compte ? Nous qui aimons sans retour, tout seul, dans notre coin ? Nous sommes les victimes de l’amour à sens unique, les oubliés dans la distribution du bonheur. Nous sommes les mal-aimés, les bancales, les handicapés du cœur, et ça ne nous donne même pas le droit à des places réservées au parking.

9.1 (423 votes)

Personne n’a jamais aimé personne comme je t’aime.

9.09 (187 votes)

To me, you’re perfect.

9.06 (139 votes)

- Parce que c’est ce que font les gens. Ils se jettent. En priant le ciel de les faire voler. Vu que sans un miracle on est sûr de se ramasser en beauté. Alors on se demande, tout le temps que dure la chute : « Bon sang, qu’est-ce qui m’a pris de sauter ? » regarde moi, je viens de sauter. Il n’y a qu’une personne qui me donne l’impression d’avoir des ailes et de planer. Toi.
- Donc en gros tu m’aimes bien ?
- Non, je t’aime. Et je l’ai su au premier rendez-vous.

9.05 (242 votes)

On dit que certaines vies sont liées à travers le temps… Unies par un ancien appel qui résonne à travers les siècles.

8.97 (58 votes)

What I’m about to say is probably the most selfish thing I’ve ever said in my life. I just have to say it once, you just have to hear it. I love you, Elena. And it’s because I love you that I can’t be selfish with you. And why you can’t know this. I don’t deserve you, but my brother does. God, I wish you didn’t have to forget this. But you do.

8.92 (342 votes)

Je t’aime depuis toujours, depuis le début ; j’ai continué à t’aimer quand j’étais en couple, j’ai continué à t’aimer quand j’étais seule, j’ai continué à t’aimer chaque seconde de chaque jour, j’ai continué… Je t’aime, je t’aime, depuis toujours.

8.9 (452 votes)

On dit que lorsqu’on rencontre l’amour de sa vie, le temps s’arrête. Et bien c’est vrai… Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que quand le temps reprend son cours, il file à une vitesse folle pour rattraper son retard.

8.76 (748 votes)

- Oh oui mon amour, vous m’avez retrouvée.
- Ma vie la plus précieuse.
- J’en ai rêvé continuellement, j’en suis sûre à présent. Je veux demeurer près de vous toute ma vie.
- Vous ne pouvez savoir ce que vous dites…
- Si je le sais très bien !… Oh… Je craignais que plus jamais vous ne m’embrassiez. Oh je vous croyais mort !
- Il y a longtemps que ce corps est un corps sans vie.
- Mais vous êtes en vie, vous êtes en vie… Mais qu’êtes vous ? Il faut que je le sache, il le faut dites le moi !
- Je ne suis rien, dépourvu de vie, dépourvu d’âme…
- … Je ne comprend pas !
- … Détesté et redouté. Je suis mort aux yeux du monde écoutez mo i! Je suis ce montre que les hommes de chair veulent tuer… Je suis Dracula…
- [pleurant] Non… Vous avez tué Lucy !! Oh mon dieu… Et je vous aime ! Oh Dieu pardonnez moi cette amour ! Je veux être ce que vous êtes, voir ce que vous voyez aimer ce que vous aimez !
- Mina, avant de vous joindre à moi vous devez renoncer à votre vie charnel et renaitre à la mienne.
- Vous êtes mon amour et ma vie à jamais !
- Alors, je vous offrirais la vie éternelle, l’amour au delà du temps, le pouvoir des tempêtes et des bêtes de cette terre. Joignez-vous à moi, soyez ma tendre épouse à jamais.
- Oh oui, oui [il la mort] Haa…
- Oh Mina buvez, et rejoignez moi… Dans la vie éternelle [elle boit son sang] Non oh je ne le permettrais pas !
- Pitié je n’attends que ça… Faites moi votre !
- Mina vous serez comme moi condamnée à errer dans les ombres de l’enfer… Toute l’éternité ! Et je vous aime trop pour vous damner !
- Alors emmenez moi loin de ce monde de… Mort !

8.73 (45 votes)

Cher Charlie,

Bonjour. Comment s’est passée cette année ? Charlie, j’ai des choses à te dire. Lors de notre première rencontre je t’ai dis que mon fiancé m’avait plaquée, c’était un mensonge. La vérité c’est qu’il est mort. Sur le mot qu’il a laissé il a seulement écrit « Je suis désolé, je souffre trop ». J’étais anéantie, je ne pouvais pas l’accepter. J’ai commencé à boire ce qui, comme tu l’as vu, me convient très mal. J’étais souvent ramenée en taxi à la maison par des étrangers, c’est pour ça que mon père s’est comporté ainsi avec toi. Franchement si t’étais amené à le connaitre tu verrai que c’est quelqu’un de bien. J’étais très proche de la mère de mon fiancé, j’ai essayé de continuer à la voir. Elle disait qu’elle voulait me faire rencontrer un type super. Rien que l’idée me faisait mal ! Et je t’ai rencontré. Tu me fais penser à lui, comme lui tu es solide, gentil et sûr de toi à ta manière. Physiquement vous vous ressemblez. Vous avez beaucoup d’autres points communs, des petits détails, mais qui ont leur importance. On s’était rencontré sur un quai de métro, comme toi et moi, comme lui tu avais un mouchoir. J’étais très malade à l’époque et il s’est occupé de moi, comme toi. Au fur et à mesure que je te fréquentais je voyais mon brouillard se dissiper un peu, j’ai mis ça sur le compte de vos ressemblances. Alors j’ai décidé que toi et moi on ferait tout ce que je faisais avec lui de cette façon ça serait comme s’il n’était jamais mort et ma douleur disparaitrait. Pour le trente-troisième jour de notre rencontre il m’avait apporté un rose, je t’ai demandé de faire pareil. On avait évoqué notre avenir sous cet arbre, c’est le même que j’ai choisi pour toi et moi. Il avait un restaurant préféré, je t’y ai emmené. Il s’est noyé dans l’océan, j’ai fais en sorte que tu y tombes et je t’ai sauvé. Tout ça c’était complètement dingue et égoïste, je me suis trompée je sais mais la douleur peut rendre fou. De toute façon ça ne marchait pas. Et à un moment j’ai réalisé que je t’aimais bien, et pas parce que tu faisais tout comme lui, mais parce que c’était toi que j’aimais bien. Chaque fois que je commençais à être heureuse, je refoulais ce sentiment, je me sentais coupable d’être heureuse, coupable de me laisser aller, de l’oublier ne serait-ce qu’une minute. J’avais l’impression de le trahir et je ne pouvais que te blesser et ça ne me ressemble pas. Je ne suis pas comme ça, un jour j’espère pouvoir te le prouver. Il fallait faire quelque chose, pour donner une chance à l’avenir je devais rompre avec le passé. Pour ça j’avais besoin de temps. J’espère avoir guéri un an plus tard et être près de toi au moment ou tu lis cette lettre. Mais je ne suis pas là. Non pas parce que je ne suis pas amoureuse de toi, parce que je le suis. Et non parce que tu ne m’as pas manqué, parce que tu me manques déjà. C’est juste moi qui ne vais pas bien. Notre histoire n’est pas terminée. Tu m’attendras, tu peux m’attendre ? De tout mon cœur j’espère que oui.
Je t’aime, Jordan.

8.7 (44 votes)

L’amour, c’est deux personnes sur une balançoire. Quand l’un des deux monte, l’autre descend. L’équilibre est toujours rompu. Par le temps, la monotonie, ou les gens comme moi. La seule manière qu’on connaît de soulager la douleur, c’est de faire souffrir l’autre.

8.68 (126 votes)

Je préfère avoir connu, une seule bouffée du parfum de ses cheveux, un seul baiser de ses lèvres, une seule caresse de sa main… que toute une éternité sans elle, un seul instant.

8.64 (49 votes)

Tu lisais ma vie dans la paume de cette main et si tu lisais dans mon cœur tu y verrais ton image gravée pour toujours.

8.55 (45 votes)

Haut de page