Kaakook

Tag - belle phrase

Les belles phrases, les répliques bien tournées.

Je t’aime.

8.78 (782 votes)

Tous ces moments se perdront dans l’oubli, comme des larmes dans la pluie.

8.77 (120 votes)

Le chemin est long mais la balade en vaut la peine.

8.77 (63 votes)

A jamais à toi ;
A jamais à moi ;
A jamais à nous.

8.76 (135 votes)

Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Dans ce monde, chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié.

L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction. Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous ne ressentons pas assez et nous pensons beaucoup trop. Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité. Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse. Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu.

Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes. En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes, d’enfants désespérés, victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents.

Je dis à tous ceux qui m’entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’avidité, de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplit l’Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que des hommes mourront, la liberté ne pourra pas périr.

Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes, à une minorité qui vous méprise et qui fait de vous des esclaves, enrégimente toute votre vie et qui vous dit tout ce qu’il faut faire et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, se sert de vous comme chair à canons et qui vous traite comme du bétail. Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains, ces hommes machines avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur. Vous n’êtes pas des machines. Vous n’êtes pas des esclaves. Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur. Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n’est pas fait d’amour. Soldats ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté.

Il est écrit dans l’Évangile selon Saint Luc « Le Royaume de Dieu est dans l’être humain », pas dans un seul humain ni dans un groupe d’humain, mais dans tous les humains, en vous, vous le peuple qui avez le pouvoir, le pouvoir de créer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, en avez le pouvoir, le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure.

Alors au nom même de la Démocratie, utilisons ce pouvoir. Il faut tous nous unir, il faut nous battre pour un monde nouveau, décent et humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité.

Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient. Ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses : jamais ils ne le feront. Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple.

Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses. Il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité, avec la haine et l’intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur.

Soldats, au nom de la Démocratie, unissons-nous tous !

8.75 (254 votes)

Et ce n’est pas si important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.

8.75 (270 votes)

Ne mieux vaut-il pas inspirer la crainte que l’amour ?

8.73 (203 votes)

Que le vent te pousse toujours en avant et que le soleil illumine ton visage, que les vents du destin t’emmènent danser avec les étoiles…

8.72 (139 votes)

Il se produit parfois des événements qui échappent totalement à notre contrôle.

8.7 (36 votes)

L’éclaircie vient après la pluie.

8.68 (58 votes)

Tu sais, « pour toujours », c’est un temps très très long. Mais le temps a une façon bien à lui de changer les choses…

8.63 (70 votes)

Je t’encule Thérèse, je te prends, je te retourne contre le mur, je te baise par tous les trous, je te défonce, je te mets Thérèse.

8.52 (408 votes)

J’espère vraiment que ma mort aura plus de cents que ma vie.

8.46 (139 votes)

- Je suis désolée de t’avoir blessé. Je sais pas pourquoi j’ai perdu tout ce temps à faire semblant d’être indifférente. Si j’ai fait ça, c’est que je voulais pas être dans cet état… C’est douloureux. Je t’aime ! Je suis totalement complètement amoureuse de toi, et même si c’est trop tard, ça m’est égal, je voulais te le dire… Dis-moi quelque chose, s’il te plaît…
- Attends ! Il faut que tu saches… que si tu approches encore, j’vais pas te laisser t’en aller.

8.3 (84 votes)

J’ai observé un escargot qui rampait le long d’un rasoir… C’est mon rêve… C’est mon cauchemar… Ramper, glisser le long du fil de la lame d’un rasoir et survivre.

8 (50 votes)

Comme il ne me reste pas énormément de temps mon discours sera bref… comme ma vie. Arrivés au terme de cette première période de notre vie (jeunes diplômés), nous avons tous tendances à vouloir nous remémorer les choses agréables et à oublier les moins agréables. Et bien sur nous pensons à l’avenir avec une certaine inquiétude : on se dit « qu’est-ce que je vais faire ? Qu’est-ce que je vais devenir d’ici 10 ans ? » J’ai envi de répondre : « Regardez moi ». Je vous en prie ne vous faites pas autant de soucis, au bout du compte aucun d’entre nous reste bien longtemps sur Terre, la vie est éphémère. S’il vous arrive d’être triste, regardez le ciel un beau soir d’été, lorsque la nuit de velours est parsemée d’étoiles ; et quand vous verrez une étoile filante déchirer l’obscurité, changeant la nuit en jour, faites un vœux, et pensez à moi…
Que votre vie soit spectaculaire ! La mienne l’aura été.
Merci.

7.97 (64 votes)

Un ancien poème Égyptien dit « Nil, Nil, Nil, fleuve impétueux et tumultueux, tu es comme notre reine la source de la vie ! »

7.88 (150 votes)

Mes yeux se sont repus du glorieux sacrifice aux autres,
on s’est lavé dans le sang métisse et dans celui des négros,
Le tortionnisme sera démonté juif après juif,
La race blanche vas d’l’avant !

7.78 (188 votes)

Comme tu as grandi. C’est dommage, c’est affreux d’être adulte, crois-moi. Mais le carrousel ne s’arrête jamais de tourner, quoi qu’il arrive.

7.68 (102 votes)

Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas être ensemble que mon amour pour toi va disparaître.

7.14 (11 votes)

Haut de page