Kaakook

Top - Citations de films des années 1990

Pourquoi je travaillerai pas pour la NSA ? Ça c’est une colle ! Je vais essayer d’y répondre.
Disons que je travaille à la NSA et qu’on dépose un code sur mon bureau, un code réputé inviolable, mettons que je tente ma chance, mettons que j’le déchiffre, là j’suis très content de moi parce que j’ai bien fait mon boulot, mais c’était peut-être le code de l’emplacement d’une armée rebelle en moyen orient ou en Afrique du nord, et une fois qu’on a repéré le lieu, on bombarde le village où les rebelles se cachent, et quinze cents personnes que j’ai jamais vu, qui ne m’ont jamais rien fait, sont tuées.
Et les politiciens, ils disent : « envoyez les marines assurer la sécurité », parce qu’ils en ont rein à foutre, c’est pas leurs gosses qu’ils envoient se faire descendre, comme eux ils sont jamais allés au feu, parce qu’ils étaient tous planqués dans la garde nationale ; c’est un pauvre môme de Boston sud qui se prend un shrapnel dans les fesses, et il revient pour apprendre que l’usine où il travaillait s’est exportée dans le pays d’où il vient d’arriver et le mec qui lui a filé le shrapnel dans le cul c’est lui qui a son job, parce qu’il bosse pour 15 cents par jour sans pose pipi ; et maintenant il comprend que la seule raison qu’il y avait de l’envoyer là-bas, c’était de mettre en place un gouvernement qui nous vendrait le pétrole pour pas cher, et bien sûr les compagnies pétrolières exploitent le conflit qu’il y a eu pour faire monter les prix, et se faire du même coup un beau p’tit bénef, mais ça aide pas mon pote qui travaille pour des clous.
Il se traîne un max à livrer le pétrole bien sûr, peut-être même qu’ils vont employer un alcoolique comme capitaine, un buveur de martini, qui s’amuse à faire du slalom entre les icebergs, jusqu’au jour où il en frappe un. Le pétrole se déverse et ça tue toute vie dans l’Atlantique nord.
Alors là, mon pote est chômeur, il peut pas se payer de voiture et c’est à pied qu’il se cherche des jobs, ce qui est pas marrant parce que le shrapnel qu’il a eu dans le cul, lui a filé des hémorroïdes, et puis en plus il crève de faim parce qu’à la soupe populaire on lui propose comme plat du jour, de la morue de l’Atlantique nord avec de l’huile de moteur.
Alors qu’est-ce que j’en pense ? J’vais attendre une offre meilleure. J’me dis, putain je ferai peut-être aussi bien de descendre mon pote, prendre son job, le filer à son pire ennemi, faire monter les prix, bombarder, tuer des bébés phoques, fumer de l’herbe, m’engager dans la garde nationale. Et puis j’serai peut-être élu Président ?

#81
9.25 (202 votes)

Ce n’est pas parce que tu as une personnalité que tu as de la personnalité.

#82
9.25 (269 votes)

Aziz ! Lumière!

#83
9.25 (164 votes)

- J’oubliais de vous dire que…
- Que quoi ?
- Que j’ai une envie de vous faire l’amour, que vous ne pouvez pas imaginer. Mais je ne le dirais à personne. Surtout pas à vous, là. Il faudrait me torturer pour me le faire dire.
- Dire quoi ?
- Que j’ai envie de faire l’amour avec vous et pas qu’une seule fois. Je voudrais le faire et le refaire. mais je ne vous le dirais jamais. Si je perdais la tête je vous dirais que j’ai envie de faire l’amour avec vous devant cette maison pour toute la vie.

#84
9.25 (110 votes)

Maman disait toujours : « N’est stupide que la stupidité. ».


Béni soit le Seigneur : ma force qui mène mes mains à la guerre et mes doigts au combat ; ma miséricorde et ma forteresse ; mon donjon et mon libérateur ; mon bouclier, celui en qui je donne ma foi.

#86
9.24 (174 votes)

Elle était un point de repère fixe dans un monde étourdissant. Jamais j’ai pu l’oublier… Jamais. J’ai aimé des tas de filles, mais aucune comme ça. C’était vrai. Jamais j’oublierais son premier regard, ça été comme un choc, je ne savais pas ce qui m’arriverai ni ce que je devais faire, ça avait toujours été facile avec les autres filles, mais elle ne me regardait pas… J’étais amoureux de cette fille…

#87
9.24 (147 votes)

Et alors il s’est passé quelque chose, je me suis laissé aller, dans un total oubli de moi même envahi par la nuit le silence et la plénitude. J’avais trouvé la liberté. Perdre tout espoir, c’était cela la liberté.

#88
9.24 (771 votes)

Sur une échelle de 1 à 10, tu vaux au moins 11.

#89
9.24 (161 votes)

On a affaire à une rêveuse totalement déconnectée de la réalité, en sautant elle a du penser qu’elle s’envolerait.

#90
9.24 (188 votes)

Quand aux autres, ils n’avaient plus rien d’autre à faire qu’attendre, attendre de vivre, attendre de mourir, attendre une solution, qui ne viendrait jamais.

#91
9.24 (227 votes)

Je suis le roi du monde !


Sur une durée suffisamment longue, l’espérance de vie tombe pour tout le monde à zéro.

#93
9.23 (458 votes)

On roule ensemble, on meurt ensemble, bad boys pour la vie.

#94 9.23 (173 votes)

C’est votre vie et elle s’achève minute après minute.

#95
9.23 (548 votes)

- T’es toujours avec ta copine ?
- Ah non, c’est plus ma copine…
- De toute façon, elle se faisait culbuter par tout le monde !
- … Mais c’est ma femme.

#96
9.23 (369 votes)

Je la démolirai en deux s’condes chef, d’abord je lui ferai « yaha » et ensuite « yahaha » et puis après je lui ferai « youhou » et « yahaha » et puis j’lui donnerai un coup de pied.

#97
9.23 (288 votes)

- Hold me.
- I can’t.

#98
9.23 (146 votes)

L’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage.

#99
9.22 (245 votes)

Pourquoi j’avais fait ça ? J’avais des tas d’explications, toutes fausses. La vérité c’est que je suis un sale type, et ça va changer, je vais changer, tout ça est bien fini, désormais je suis clean, j’avance dans le droit chemin, je choisis la vie. J’en jubile à l’avance. Je vais devenir comme vous… Le boulot, la famille, la super-téloch, la machine à laver, la bagnole, la platine laser et l’ouvre boite électrique, la santé, le cholestérol, une bonne mutuelle, les traites, la baraque, le survet, les valises, mes costards 3 pièces, le bricolage, les jeux-télés, le Mc Do, les mômes, les balades en forêt, le golf, laver la voiture, tout un choix de pulls, les Noëls en famille, les plans d’épargne, les abattements fiscaux, déboucher l’évier, s’en sortir, voir venir… le jour de sa mort…

#100
9.22 (235 votes)

Haut de page