Kaakook

Top - Citations de films des années 1990

- Vous avez déplacé le corps ?
- C’est exact.
- Il ne faut JAMAIS déplacer le corps.
- Pourquoi donc ?
- Parce que.

#461
8.89 (35 votes)

- La majorité des flics dans la rue, ils sont pas là pour vous taper, ils sont là pour vous protéger !
- Ah ouais, et qui nous protège de vous ?

#462
8.89 (89 votes)

Il paraît que l’intelligence saute une génération. Je crois que vos enfants seront de petits futés.

#463 8.88 (70 votes)

Si Benjamin était un médicament, ça serait un suppositoire.

#464
8.88 (79 votes)

En ce moment, je fais toujours le même rêve. Je nage dans la Seine et tout d’un coup, j’avale un rat. Alors j’étouffe et pis je coule. En bas, y a des huîtres, elles m’attrappent les chevilles. Alors je vomis le rat sur les huîtres, le rat il attaque les huitres, je remonte à la surface, j’prends une péniche sur la tête et là, j’me réveille.

#465
8.88 (214 votes)

Mais monsieur Ouille, pas avec votre poncho !

#466
8.88 (248 votes)

Barrez-vous, cons de mimes !

#467
8.88 (169 votes)

- Qu’est ce qui va pas ?
- Et bien tout ce truc blanc sur ma manche, c’est du L.S.Déééééé !

#468
8.88 (97 votes)

- C’est pas la peine de hurler comme ça, je sais ce que je fais.
- Dieu lui-même sait même pas ce que tu fais.

#469 8.88 (70 votes)

Trouver quelqu’un qu’on aime et qui nous aime, ces chances sont minuscules.

#470
8.88 (142 votes)

Un flic : Ces jeunes gens ont commencé à faire du grabuge, j’ai été contraint d’embarquer le chef. J’ai embarqué le chef !
Hubert : Saïd le chef ?!
Vinz : Mouaka Mouaka Mouaka !

#471
8.88 (70 votes)

- Regarde Simba, toute cette immensité baignée de lumière est notre royaume.
- Oh…
- Le temps que passe un roi à gouverner dépend de la course du soleil. Un jour viendra le soleil éteindra sur moi sa lumière et se lèvera pour faire de toi, le nouveau roi.
- Et tout ça m’appartiendra ?
- Absolument tout.
- Tout ce qui est dans la lumière… Oh ! Et l’endroit qui est dans l’ombre aussi ?
- Notre royaume s’arrête à cette frontière, tu ne dois jamais y aller.
- Moi je croyais que les rois faisaient ce qu’ils voulaient.
- Le devoir d’un monarque va au delà de sa volonté d’agir.
- C’est vrai ?
- Oui mon fils. Tout ce que tu vois obéit au lois d’un équilibre délicat, en tant que roi tu dois comprendre cet équilibre et respecter toutes les créatures de la fourmi qui rampe à l’antilope qui bondit.
- Mais les lions mangent les antilopes.
- Oui Simba mais laisse moi t’expliquer. Quand nous mourrons notre corps se transforme en herbe et les antilopes mangent l’herbe. C’est comme les maillons d’une chaîne dans le grand cycle de la vie.

#472
8.88 (70 votes)

Auriez-vous projeté de mettre des dinosaures dans votre parc à dinosaures ?

#473 8.87 (141 votes)

Notre père qui êtes à Calgary,
Que le bobsleigh soit sanctifié,
Que notre médaille arrive
Et que votre volonté soit faites sur la terre comme dans le virage n°7.
Liberté et justice pour la Jamaïque.

#474
8.87 (131 votes)

La peur mène à la colère, la colère mène à la haine… La haine mène à la souffrance !

#475 8.87 (255 votes)

On ne met pas tous les oiseaux en cage, leurs plumes brillent trop quand ils s’envolent et la part de vous-même qui sait que c’est un pêcher de les enfermer se réjouit.

#476
8.87 (43 votes)

- Viens avec moi en Californie…
- Tu es sur de ce que tu dis ?
- Oh oui !
- Ouais mais comment tu le sais ?
- Je ne sais pas, je le sais c’est tout !
- Ouais mais comment tu le sais ?
- Je le sais parce que je le sens…
- Attends c’est vraiment sérieux ce que tu me dis là parce que on se retrouve en Californie dans une semaine et il se peut que tu découvres un truc qui va pas te plaire sur moi et la tu te mettes à regretter de m’avoir dit ça. Mais tu vois c’est quelque chose de sérieux et tu ne peux pas tout effacer et moi je suis coincé en Californie avec une fille qui ne veut pas être avec moi et qui voudrait tout effacer…
- Tout quoi ? Comment tout effacer ? … Je ne veux rien effacer moi, tout se que je veux c’est que tu viennes en Californie avec moi…
- Mais… je ne peux pas aller en Californie… alors…
- Pourquoi pas ?
- Primo parce que j’ai un job ici et deuxio parce que j’habite ici.
- Ecoutes si tu ne m’aimes il faut me le dire parce que…
- Je n’ai pas dis que je ne t’aimais pas…
- Alors pourquoi ? Pourquoi tu ne viens pas ? Par quoi tu es si terrifié ?
- Comment par quoi je suis terrifié ?
- Dis-moi, par quoi tu n’es pas terrifié ? Tu vis dans ton petit monde ou y a pas de risque à prendre et t’es mort de peur à l’idée de faire quelque chose qui t’obligerai a changer…
- OH ARRÊTE, ne me parles pas de mon petit monde et toi tu veux juste t’envoyer en l’air avec un mec des banlieues chaudes avant de te tirer à Standford et épouser un enfoiré plein de fric, du genre celui qui plait à papa et maman, et puis tu passeras tes soirées avec tout tes connards pourris de pognon à parler de l’époque où tu t’es encanaillée !
- Pourquoi est-ce que tu dis ça ? Qu’est-ce que c’est que cette obsession que t’as du fric. Mon père est mort quand j’avais 13ans et j’ai hérité de sa fortune… Tu ne sais pas que tous les matins au réveil je n’ai qu’une envie c’est de pouvoir la lui rendre et je n’hésiterais pas une seconde si ça me rendrait mon père un jour, mais je ne peux pas et c’est ça ma vie et je fais avec ! Alors ne viens pas me dire des conneries parce que c’est toi qui a peur !
- MOI j’ai PEUR ? Peur ? Tu veux me dire de quoi j’ai peur ? De quoi j’ai peur ?
- T’as peur de moi, t’as peur que je ne t’aime pas et si tu veux savoir j’ai peur moi aussi ! mais n’empêche je veux tenter le coup et moi au moins je suis honnête avec toi !
- Je ne suis pas honnête avec toi ? je ne suis…
- NON, parle moi de tes 12 frères.
- D’accord ! [Il prend ses affaires et se dirige vers la porte]
- NON, tu ne t’en vas pas, tu ne me quittes pas !
- [En colere] Qu’est-ce tu veux savoir ? quoi ? que je n’ai pas 12 frères !
- Oui…
- [en criant] Que je suis un pauvre orphelin…
- Oui, je le savais pas !
- Non c’est pas ça que tu voulais savoir, Non ! Tu ne voulais pas l’entendre ça ; tu voulais entendre qu’on éteignait les cigarette sur moi quand j’étais gosse !
- [Secouée] Je ne savais pas…
- Que ce n’est pas un chirurgien qui ma fait ça [montrant son torse], mais un enfoiré qui m’a filé un coup de poignard, tu ne veux pas l’entendre cette merde Skylar, HEIN ?
- [en pleurant] SI JE VEUX L’ENTENDRE !!
- TU NE VAS PAS ME DIRE QUE TU VEUX L’ENTENDRE !
- Si parce que je veux t’aider Will, pour faire quelque chose.
- QUOI ? pourquoi ? Est-ce qu’on me voit dans la rue avec une pancarte qui dit sauve moi qui dis « SAUVES-MOI » ?
- NON !
- J’ai l’air d’avoir besoin de ça ?!
- Je veux juste être avec toi parce que JE T’AIME ! [Elle met ses mains sur le visage de will mais il la repousse]
- NON ARRÊTE ce baratin ARRÊTE [Il la plaque au mur et frappe avec des coups de poings le mur]
- SI, JE T’AIME !!
- NON ARRÊTE, ARRÊTE PARCE QUE JE N’Y CROIS PAS !!
- Je t’aime [En pleurant furieusement], je veux t’entendre, que tu ne m’aimes pas… parce que si tu dis ça [Elle se calme, touche son visage, Will se calme a son tour], je t’appellerai plus et je ne serai plus dans ta vie [Elle lui embrasse le front, il la fixe avec un regard sévère]
- … Je ne t’aime pas.
[Il prend ses affaires et quitte la chambre en claquant la porte, Skylar seule, s’effondre en larmes]

#477
8.87 (61 votes)

Sans déconner, la façon dont tu viens de parler là, on aurait dit un mélange entre Moïse et Bernard Tapis.

#478
8.87 (123 votes)

Bon écoutez, il faut regarder la réalité en face : y’a plus de deux millions d’immigrés clandestins qui dorment peinard dans cet état ce soir. Cet état a dépensé trois milliards de dollars l’année dernière sur les fonds publiques pour ces gens qui n’ont absolument aucun droit d’être dans ce pays. Trois milliards de dollars ! Au moins 400 millions de dollars rien que pour foutre en prison toute une flopée d’immigrés, de criminels ! Qui sont seulement entrés dans ce pays parce que ces enfoirés de l’immigration ont décidé que c’était pas la peine de se fatiguer à filtrer tous les condamnés qui allaient en taule ! Tout le monde s’en fout, notre gouvernement n’en a rien à secouer… Notre politique des frontières c’est du flan… Et y’en a qui s’étonnent qu’au sud de la frontière ils continuent à se foutre de nous ? Qu’y se foutent de nos lois ! Chaque nuit c’est par milliers que ces parasites sont en train de pulluler à la frontière comme si on avait shooté dans une fourmilière ! [rires] Y’a pas de quoi rire ! C’est pas drôle ce qui est en train de se jouer ici ! J’vous parle de votre avenir et du mien ! Je vous parle d’honnêtes, d’authentiques travailleurs américains qui ne trouvent aucun travail et qui sont à la dérive parce que le gouvernement se préoccupe d’avantage des droits constitutionnels d’un ramassis d’individus même pas citoyens de ce pays ! Sur la statue de la liberté on lit « à moi les réprouvés, les affamés, les pauvres » Mais c’est les américains qui sont réprouvés, affamés et pauvres ! Et je dis tant que tout ça n’est pas réglé, il faut leur fermer le robinet ! Parce que c’est nous les perdants ! On perd notre droit à accomplir notre destinée… C’est notre liberté qu’on perd ! Pour qu’une bande d’enfoirés d’étrangers viennent parasiter et exploiter notre pays ! Et ce n’est pas quelque chose qui est en train de se passer loin d’ici nan ! C’est pas en train de se passer dans un endroit où nous ne pouvons rien ! Ça se passe chez nous ici ! En plein dans notre quartier juste dans le bâtiment derrière vous ! Archie Miller tenait cette épicerie quand on était encore gosses. Dave y a travaillé, Mike y a travaillé. Il a coulé et un enfoiré de coréen a tout racheté et il a viré tous nos gars ! Et il a fait un carton parce qu’il a engagé quarante enfoirés d’immigrés clandestins ! Chaque jour on s’enfonce un peu plus dans la merde et personne ne fait rien pour empêcher ça et ça commence sérieusement à me gonfler ! Alors regardez autour de vous… C’est plus notre quartier c’est un champs de bataille ! On est au cœur d’un champ de bataille ce soir ! Décidez-vous ! Vous allez rester à glander sur la ligne de touche ? Sagement à attendre en regardant notre patrie se faire violer ? Est-ce qu’on va relever le défi et se décider à agir ? Alors en avant c’est parti !

#479
8.87 (105 votes)

- Vous voulez un whisky ?
- Non, juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d’abord ?

#480
8.86 (821 votes)

Haut de page